L'instruction: Expérience personnelle & Survivants


L'instruction: Expérience personnelle & Survivants

 

L’instruction ne se comprend pas intellectuellement mais vibratoirement, elle se reconnait par les changements d’états intérieurs/extérieurs qui en résultent. Ceux qui ont réellement vécus la vibration, son intégration et sa pénétration ne sont pas dans la dichotomie égotique = comportements/attitudes, actions/paroles. Ils ont harmonisé le pouvoir de l'intelligence créative et ont à cœur le partage équilibré qui inclue l'échange équitable dans le respect de soi et de l'autre.

 

L'absence de tout désir égoïque est un signe d'intelligence et enseigner se fait par l'exemple, par le rayonnement de la volonté, d'un esprit intelligent et d'une âme qui Aime. Le partage inclue et signifie qu'un échange équitable auto-enseigne, aide au travail intérieur, au respect de l'autre et de soi, amène de la lumière dans ce chemin d'évolution si ardu. La parole de l'enseignement est une activité qui se partage mais pas à sens unique comme dans réseaux sociaux ou autres faux et illusoires partages "questions/réponses" plaçant sur un piédestal l'ego qui répond aux questions mais laisse pantois les egos questionneurs, curieux et avides de l'énergie des autres avant de chercher les réponses en eux…

 

Évoluer c'est pour soi-même d'abord, c'est le Ba ba. de l’enseignement du Bernard originel et non des clones produits par l’astral qui lui aussi se supramentalise… Pour aborder cette instruction et la rendre accessible à notre compréhension, mieux vaut ne pas se laisser colorer par le mimétisme général qui se profile dans la blogobulle Supra-Mentale... Évoluer c'est donc pas pour se duper, duper autrui, justifier son existence ou se donner une identité car la conscience se vit, s'intègre et se partage équitablement...

 

L'idée c'est qu'à un moment rien ne se fasse plus à notre insu mais avec notre approbation/participation, avec une conscientisation instantanée de tout ce qui nous arrive (une rencontre désagréable ou son contraire, un verre qui nous tombe des mains, un pneu crevé, un rdv loupé, un gain au loto…) et… d'en sourire sans y mettre aucune interprétation, aucune émotion… L'énergie/esprit qui s'incarne progressivement est maladroite au début, tout comme nous quand nous faisions nos premiers pas avec le "regarde-moi" validant de l'adulte. L'adulte c'est nous maintenant, c'est à nous de "valider" patiemment, sans empressement, les progrès de cette énergie intelligente qui veut expérimenter la matière. Le processus de fusion est identique et proportionnel à nos expériences de vie, considérant que c'est la naissance de l'esprit en nous, cette énergie parcelle de la source, qui est LE chemin. Considérant aussi que nous sommes sans qualité ni défaut il n'y a ni incompétence, ni problème mais que des solutions pour des egos en évolution. Chacun évolue en son temps et chacun utilise sa propre ingénierie avec les outils que sont ses expériences de vie, la vibration de compréhension des choses est là…
L'esprit est un diamantaire Intelligent mais inexpérimenté pour un ego qui est plus dur à travailler qu'un diamant brut… La lumière de cette énergie s'y attelle prudemment pour élever le taux vibratoire de tous nos corps, sans cela elle nous grillerait sur place telle une combustion spontanée. Ces moments de "repos" ces temps de pause ne sont pas des blocages mais des moments de répits autant pour l'esprit que pour l'ego qui accouchent ensemble. Plus l'ego est démesuré, fat et satisfait de ce qu'il croit être, plus il est spirituel plus les chocs répétés et abondants sont nécessaires pour le dégrossir de ses illusions et vanités…
Cette quête effrénée d'approbation, du regard d'autrui, de validation, de preuves, de réassurance n'est qu'une désespérance de mémoires conditionnelles infantilisantes de ne pas satisfaire la demande de l'adulte… Nous n'avons plus besoin de cette mémoire nous sommes l'adulte, là où il en ce moment, avec un ego seulement naïf comme un nouveau-né qui sait tout mais oublie tout à sa naissance pour ses besoins évolutifs dans la matière.
Bienvenue dans ce parcours initiatique et bon courage dans ces petits et grands chaos où naissent de grandes et belles choses...

 

Le besoin de reconnaissance est une très vielle mémoire, ça peut devenir un souci pour l'ego qui, en manque d'amour du fait d'être déconnecté de sa "source", va rechercher dans le miroir d'autrui sa propre lumière. Étant tous des miroirs les uns pour les autres le souci d'un seul ego génère un égrégore de "soucis" collectif... ainsi tous cherchent l'Amour chez les uns et chez les autres, sans jamais le trouver en réalité…. L'incompétence de l'ego à trouver cet Amour Réel en lui va devoir l'obliger a transmuter son propre gros morceau et celui de l'autre en même temps, c'est ce qu'on appelle mettre les bouchées doubles…

La mémoire du besoin de reconnaissance de sa valeur personnelle et la mise en valeur de cette valeur pour être reconnue d'autrui sont des artéfacts, des miasmes profondément enfouis dans notre cerveau reptilien. Ce besoin pousse allègrement nos ego à démultiplier leurs compétences parfois juste pour accoucher de petites et grandes déceptions… C'est cet accouchement-là qui est évolutif si on regarde "consciemment" ce sentiment de déception de ne pas avoir été reconnu par "l'autre" dans nos petits et grands exploits… Les personnes en voie de fusion en font les frais quand ils confondent conscience, intelligence egoïque astralisées et celle venant de l'esprit réel. J'ouvre grand mes yeux et comme toi Josée je ne vois poindre aucun ego en voie de fusion qui est capable de trouver sa valeur dans son unicité une fois pour toutes… y compris celui de Bernard… heureusement pour lui son ego a pris le dessus sur son esprit et des entités parfois vampiriques… Notre discernement se construit avec un ego en évolution, ne lui jetons pas la pierre alors qu'il est notre allié pourvu qu'il accepte de lâcher prise et de fusionner avec l'âme qui le pilote. A ce moment là le terme même de reconnaissance n'aura plus de sens puisque l'âme elle-même ainsi que l'esprit l'auront rendu éligible à la fusion. C'est le must +++ de l'ultime Reconnaissance.

Focus offre l'opportunité de vivre notre conscience dans l'instantanéité du moment présent de l'écriture quand elle vient de l'esprit et quand elle s'adresse à notre double et à celui de l'autre. Le liant qui fait que ça fonctionne c'est l'équilibre de l'échange constructif et génératif dans le respect mutuel, rien que cela c'est un apprentissage, c'est une réelle "école d'identité" que les bacs + 10 ou autres réseaux sociaux ne nous ont pas donné… Au contraire ils ont engrammé une course effrénée au fameux "regard d'autrui" alimentant notre sac mémoriel du besoin de reconnaissance encore et toujours plus. Il y a sans doute une raison occulte surement très intéressante et éclairante, à étudier un jour...

 

Écouter Bernard est une première fois chaque fois... l'effet thérapeutique de la vibration de sa parole et bien réel sur notre corps astral. Ce qui rend cette vibration nouvelle chaque fois c'est qu'elle se déplace sur une nouvelle zone à traiter.

Cette seconde présence, lumière de l'énergie de l'esprit, nous donne la volonté de lutter contre la domination de tous les plans y compris celui de l'esprit. L'esprit est dominant et vampirique, il sait ce qu'il à faire pour l'incarnation de sa lumière pour devenir notre "double lumineux".

Nous sommes sur terre pour vivre essentiellement dans et de notre corps émotionnel, corps unique dans tous les règnes et probablement dans tous les plans cosmiques… il est peut-être là le point de départ engrammé dans notre cerveau reptilien, ce besoin de reconnaissance nourrit par notre âme. Notre ego en prenant conscience de lui-même réalise la grande "menterie" et la dichotomie entre l'action occulte sur notre corps émotionnel et ses réactions émotionnelles qui nourrissent les plans avec l'énergie de chaque émotion… Ces réactions ne sont pas inutiles pour tous car, nous l'avions vu, tous ces échanges énergétiques participent à un équilibre de l'ensemble des plans universels créés par l'origine de nos origines… On ne peut donc réfréner la conscience cellulaire, je t'invite à approfondir ceci dans l'’évolution de la conscience des cellules, la Genèse du Réel P 412, qui ramène la paix en nous pour apaiser ce sentiment d'impuissance et de division… Division qui est le reflet de la polarité en nous et à laquelle on ne peut échapper puisqu'elle est le fondement de notre expérience terrestre. L'entrée dans ce laboratoire d'expérimentation intérieur/extérieur n'est pas gratuite… Les forces cosmiques qui agissent en nous doivent être domptées par nous. On ne peut y arriver qu'en affrontant tout seul nos résistances créatives pour contrer le manque de volonté à accomplir des désirs objectifs car ce lien avec les forces cosmiques ne peut être rationalisé. C'est à cause de cette polarité/division que la conscience de nos cellules n’exprime qu’un petit pourcentage de vibrations par rapport à la réalité cosmique en évolution. La fatigue physique et morale résulte de ce burinage incessant sur l'ego qui en montant en vibration entraine dans son sillage l'ensemble de nos corps physiques, psychiques et subtils.

 

Le rapport de l'enfant au père remonte à une soumission au rapport hiérarchique vertical qui est une ignorance du mental inférieur au long cours car nous sommes les objets consentants de l'expériences cosmiques, tout comme les autres règnes dans nos laboratoires…
Un extrait en vrac : "L’énergie mentale et créative a besoin de vide pour se manifester, c’est -à-dire d’absence de réflexion. Le développement de la conscience des cellules ne fait pas partie de l’évolution biologique, mais de l’évolution psychique de l’homme. Tant qu’il n’aura pas accédé à une transformation intégrale de sa mémoire égoïque, il sera forcé de vivre sa conscience par rapport à un niveau inférieur, et il demeurera incapable de manifester intégralement son être sur terre."

Déterminer la chronologie des causes pour savoir et comprendre les mécanismes ne font pas échapper à l'expérience car l'instruction ne peut être comprise sans la résonnance de l'expérience en amont qui s'intègre d'elle-même par un autre biais de compréhension qui va au-delà de l'intellect universitaire. Nous entrons à ce stade dans ce que Bernard a nommé la psychologie évolutionnaire qui est une préparation psychologique et psychique servant à dépolluer le mental de ses conditionnements involutifs planétaires, dans lesquelles l'ego a été implanté pour ses besoins Évolutifs dans l'Involution sur terre. Ainsi les Besoins de reconnaissance, expérimentations de chocs émotionnels, colères, n'auraient aucun sens avec une neutralité émotionnelle car l'ego pour se conscientiser a besoin de vivre cela même si c'est dur à avaler…

Sortir de l'ignorance nous montre cette vastitude de l'ingérence des forces astro-mentales et invisibles dont tu résumes parfaitement les but : "Les unes préparant le système nerveux à recevoir de plus en plus efficacement les autres plus puissantes". Il faut se rappeler, à défaut de le savoir car nous l'avons oublié que, selon Bernard (le croire ou non), l'être humain n'est pas la création d'une quelconque divinité fabriquée par l'homme mais un être créé par des Intelligences qui viennent d’autres mondes. Dans FP020 L’inhibition de l’action p 12 on lit que "nous sommes le produit d'une hybridation terrestre et les fils de ces intelligences c'est eux qui nous ont mis au monde, ils nous ont créés à leur image et asservis pour des raisons d’évolution régressive.... Nous sommes le produit d’une très haute technologie, d'un très haut plan d'évolution. Quand l'homme vivra la fusion avec son double, cette involution cessera, l'homme retournera à ses planètes d'origine, il prendra la place qui lui est dû, dans ses mondes, ses confédérations, ses gouvernements". Rubrique François Payotte dans le site.

Pour faire une légère économie d'énergie de la maitrise des pouvoirs d'autrui sur nous on peut déjà pendre conscience que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et vice versa… En comprenant comment s'opèrent les manipulations et vampirisations humaines on perçoit mieux les manèges d'en haut. Sauf que là-haut l'esprit, parfois pour nous tester plus violemment, passe par d'autres plans ou des personnes avec qui on a la vibration pour "réagir" (action/réaction)… dans ces cas on ne râle pas contre la bonne personne qui n'a fait qu'appuyer sur commande là où ça nous "titille". La saturation de tout ça advient si on a réellement compris ce qui se joue dans chaque cours de récréation des divers egos qui croisent notre route, que ce soit au travail, dans la rue, au super marché, sur FB et autre cercle de parlottes… Dans les bois, en mer ou en montagne on est testé par d'autres éléments souvent plus difficiles à maitriser avec nos seules polarités quand on se retrouve en face du "marche ou crève"...

On ne doute plus de notre force intérieure quand, sur le chemin, en se retournant en arrière on observe ce qui est déjà accompli… souvent le plus dur est fait… vaut mieux regarder ce qu'on a fait et pas ce qu'il reste à faire… c'est ma devise en montagne… "la réalisation" c'est de lever le pied pour le poser devant l'autre et avancer… la réalisation "se fait" à chaque pas posé au sol… ne pas vouloir marcher, à son rythme et pas celui des autres, c'est le plus grand obstacle à l'arrivée au sommet… on a pas besoin d'Aurobindo ou de Bernard pour savoir cela…!

Pour arriver à saturation on va jusqu’à l'écœurement, quand on a le cœur au bord des lèvre on sait que c'est bon, qu'il est temps d'ouvrir d'autres portes… Tes portes à venir coulisseront vers d'autres ailleurs si tes gonds bien huilés passent du coq à l'âne sans être impressionnée, ni émotionnée… de quelque façon que ce soit, ni par qui que ce soit, cette grande aventure expérientielle n'est qu'entre soi et Soi…

 

C'est très intéressant et instructif de voir comment chacun arrive à négocier le tarif d'entrée dans cette antichambre de la conscience… Dans tous les cas de figure le monnayage n'est jamais serein, souvent il passe par l'expérience sans conscience, puis la conscientisation pour finir par le besoin d'en comprendre le mécanisme. Nous sommes dans le vif du sujet car l’instruction ne se comprend pas intellectuellement mais vibratoirement, elle se reconnait par les changements d’états intérieurs/extérieurs qui en résultent in fine en nous même. Quand on a vécu la pénétration et l'intégration de cette vibration on se dissocie automatiquement des valeurs et des formes qui agressent notre mental et nous éloignent de nous-même. C'est plus facile pour certains de ne croire personne quand dès l'enfance ils ont subi la trahison des adultes et ont été abusés par tout les poids hiérarchiques de leur société. Si cet enfant s'est rebellé contre cette hiérarchie dominante il sera moins magnétisable par les manipulateurs spirituels qui font miroiter des illusions et inculquent des croyances béates …

La colère qui survient durant la découverte de ce viol permanent de nos existences est un mélange de désappointement, de rage, de sentiment de trahison de Dieu lui-même… (il faut crever les yeux de Dieu... j'aime ce slogan). Se mettre à l'abri des dominations sociales (retraite, vacances, break) pour travailler sur ces dominations invisibles est plus aisé pour repérer et court-circuiter ces stratégies et ficelles manipulatrices… Ce recul d'avec le monde social nous permet d'absorber l'instruction avec une conscience non dévoyée, alors on finit par comprendre sur le champ qu'une marche arrière est impossible, qu'il faut avancer droit devant vibratoirement avec l’intelligence qui nous aide à nous réaliser comme "penseur indépendant".

La désastralisation du corps astral survient en dé-tricotant, maille par maille, le vêtement qui le revêt, fabriqué de vie en vie par la mémoire de l'âme ce sac mémoriel qui bouche notre vue au réel de la réalité de notre vie. Ça demande une volonté de fer qui, accouplée a l'intelligence de l'énergie de l'esprit, nous permet de concocter une boule d'énergie de colère et de la retourner comme un boomerang à son envoyeur… Cette action est aussi une réalisation, la désastralisation se faisant pas à pas, chacun a son rythme, sans se faire presser par ceci ou cela ni par aucun jugement d'autrui. "Focusser" sur nos nombreux tests émotionnels est plus urgent que continuer de s'investir ou de s'inquiéter des relations familiales ou sociales qui prennent fin obligatoirement quand "ça le fait plus" avec la personne ou le travail ou tout autre chose... La neutralité dans tous les sens du terme nous gagne plus vite qu'on ne le croit, même la colère n'est plus, au contraire on "décolère"... à nous de pas s'en étonner car ça coule de source…

 

Quand bien même on prend bien soin de trier le bon grain de l'ivraie, quand bien même on accepte les règles du jeu, qu'on a bien comprises avant, le "grand truc" c'est qu'on n'échappe jamais à l'effet de surprise à chaque coin et recoin de nos journées alors qu'on avait cru alléger son sac à dos du poids de ses mémoires… C'est le processus de centrage identitaire qui de sa détermination à l'indépendance enlève les pelures du karma au fur et mesure qu'on mange l'artichaut avant d'en déguster le cœur…

 

"MARCHER AUTREMENT" sur Focus c'est un peu le tapis rouge déroulé pour notre disque dur mémoriel qui subit actuellement plus qu'un "reset" mais un "dé-formatage complet"… Ceci va durer des lustres, autant ne plus se préoccuper de la machine qui tourne en veille et devenir créatif dans ce qui nous plait, rien que ça: ce qui nous plait!…
Pour faire le saut quantique dans le vide mental n'acceptons plus de se laisser accaparer et distraire par les personnes, choses et situations paradoxales, traquer nos dichotomies, rester sur son chemin et en finir avec cette "saturation" du brouhaha, des monologues, des discours à sens unique et surtout des supra-egos, ça ne nous change pas des egos spirituels… D'aucuns ne s'y sont trompés, on en voit certains déserter cette cours du temple, le Nazaréen n'avait-il pas donné un grand coup de gueule et de pied et dans cette fourmilière ?
Entre l'ego qui revendique son importance et le double sa légitimité à s'incarner la division de notre personne c'est la lumière de l'esprit qui en fait son affaire… Les multiples tests et oppositions mettent en lumière nos capacités à endurer la volonté de l'ego et à supporter l'intelligence de l'esprit; tu es en en plein dans le mille quand tu dis: "Alors les pensées de l'une prennent la tête à l'autre, et une espèce d'union contradictoire se fait doucement".
La solitude que l'on ressent est de plus en plus prégnante et surtout proportionnelle à notre individualisation qui prend sa place. Cette nouvelle autorité intérieure/extérieure est une clef majeure pour ancrer dans les semelles en marbre de nos souliers une centricité de plomb et enfin dire "NON", au nom du respect que nous nous devons à nous-même ainsi qu'à "l'autre". Oui ça s'installe à notre insu parce qu'il n'y a pas d'issu pour d'autre alternative, aucune marche arrière n'est possible… On regarde ce chemin et on sait que le sommet et là, bras tendu au bout des doigts.
Ne plus chercher à tout "connaitre" et à "tout savoir par cœur" l''essentiel est bien plus tranquille et simple tu résumes tout … Rachel bienvenue au club du délestage de mémoires …

 

La différence des processus et le peu de point commun dans nos processus est certainement liée aux diversités de nos personnalités façonnées par nos expériences de vies, rendant chaque âme unique. Le videngeage émotionnel est d'une grande utilité pour passer d'un cap à l'autre surtout quand le tout petit arbre cache les milliards de mémoires dans l'immense forêt de notre disque dur interne… L'esprit étant l'énergie du double éthérique, la lumière de l'esprit en serait sa Force… Tout comme l'épée du Jedi, dans la saga Star Wars, sa Force est la source de son pouvoir. Cette Force est un champ d'énergie créé par tous les êtres vivants, ce champ d'énergie nous entoure, nous pénètre et lie le cosmos tout entier, Nassim Haramein développe ce thème plus que supra-scientifiquement... Ceci implique que la Force est notre réservoir d'énergie dans lequel on pourrait puiser à volonté pour mettre la hâche dans nos mémoires mais il n'est pas suffisant d'avoir accès à cette Force, il faudrait avoir la Puissance pour pouvoir l'utiliser… Cette puissance c'est notre "double" qui la possède mais il ne peut l'utiliser tant que l'égo ne prend pas conscience de lui-même et travaille à son "dégraissement" mémoriel...

 

Tu as tout résumé en quelques mots...
"ça dépasse l'entendement de réaliser à quel point cette diversité nous renvoie au respect absolu du droit de chacun à sa propre évolution particulière".

 

Notre esprit, ou ajusteur de pensée, représente un peu le garde-fou universel pour un ego en voie de "dédoublement lumineux… Nous finirons par développer l'Amour réel en éradiquant nos tendances spirituelles polarisées du "sauveur" et/ou du "bourreau" uniquement par le respect absolu de soi-même d'abord et de l'autre ensuite: "ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on t'inflige". Notre âme, cellule originelle de la source primordiale, s'expérimente au travers des diverses personnalités de l'esprit, perfectionnées par le biais de l'ego au fil de ses incarnations. Sa rencontre ou fusion avec l'esprit concrétise la matérialisation du double éthérique. Que ce soit l'âme ou l'esprit chacun travaille de concert à la perfection, sans polarité, pour l'incarnation du double lumineux de l'ego qui s'émancipe seul de sa condition humaine dans ses expériences émotionnelles. L'âme n'est pas "tordue", c'est son ego qui l'est, l'âme est juste dépolarisée en quête de toutes expériences qui la remplira de l'énergie atomique dont elle a besoin pour fusionner avec l'esprit qui s'enrichit de la force de ses personnalités acquises.
Le besoin de certaines âmes à se réincarner plus souvent que d'autres tient au fait de leurs programmations (plan de vie, karma, etc...) et probablement de leur antériorité dans "la création cosmique". Leurs quantités d'expériences sont certainement proportionnelles aux évènements choisis pour évoluer et à leurs seuils de tolérance pour y survivre.

 

L'ego est a l'image de ses différentes personnalités accumulées et construites par l'âme… C'est la conscience de lui-même et la sortie de son innocence qui empêchera l'âme de continuer à collectionner les expériences et commencer à recevoir l'énergie de son esprit… pour dévoiler sa véritable identité; celle qui émet la lumière...

 

Les changements de paradigmes sont les prémisses des funérailles du plancher astral, cet espace énergétique vampirique, qui un jour où l'autre s'effondrera (si ce n'est pas déjà fait selon certaines paroles...)... Le monde de la mort (zone d'évolution des âmes) sera toujours à sa place mais sur des fréquences énergétiques où même les médiums n'auront plus accès. L’humain dans sa phase évolutive ne peut plus vivre aujourd'hui sous l'ingérence de puissances invisibles qui agissent dans sa conscience à son insu. Ce plan ne sera plus relié à la terre et totalement déconnecté des humains... Pour rappel d'un article précédent, sachons que nos reliquats émotionnels résultent plus des miasmes logés dans notre propre astralité corporelle que venant de la faute à "eux autres" ces fameuses entités de là-haut…parce qu'il faut bien un "responsable" à "nos actes irresponsables"...

 

plus on vit dans "le temps présent" plus les tests se font présents d'une autre façon moins collé à l'émotivité et plus dans le questionnement... Ces temps-ci je me sens beaucoup testée en montagne ou plusieurs fois j'ai manqué de "dévisser" sur les pentes neigeuses... Les appréhension sont mitigées, il y a d'abord la peur qui laisse vite la place à une réflexion: c'est la fin? c'est le début? est-ce le double qui est juste un peu "gauche" dans son incorporation ou qui a du mal a chausser mes souliers?... Ou tout simplement mon corps qui n'a plus la souplesse d'antan, qui trébuche souvent sans jamais vraiment tomber à nouveau comme en octobre 2018...? Encore un sujet sur la table pour cette incorporation/matérialisation du double...

 

Personne n'aime souffrir ni moralement ni physiquement, souvent on utilise des drogues et des analgésiques pour supprimer ces douleurs. Mais quand vient le temps du processus la conscience focalise sur le sens des douleurs, des mémoires anciennes qui leur sont associées qui réactivent ces douleurs, c'est un outil de travail pour forcer à faire un retour, voire un repli sur soi. Ce chemin évolutif utilise la douleur pour aller plus loin vers le sommet de la conscience en nous forçant à vivre, plus que jamais, dans "le temps présent" de notre corps physique et de notre système nerveux. A contrario en restant collé à la douleur, en tant que telle, on fait du surplace au lieu de courir plus vite que son ombre avec elle…

 

Dans tous cas, la souffrance physique et/ou psychique, chronique, aiguë, sourde et/ou aveugle est une collaboratrice hors pair quand l'ego devient conscient dans l'instant présent de ce que véhicule cette souffrance. Mettre en parallèle la souffrance intiatique de l'ego, lui donne une existence réelle et non subjective car ce chaos vibratoire est celui qu'on attend le moins dans sa vie… C'est certainement le plus désorientant possible… Nous faisant souvent dire qu'on était plus "tranquille dans l'inconscience"

 

Les souffrances de l'ego en initiation correspondent à de l'ouverture du canal de communication avec son double éthérique, comme les douleurs du col utérin de la femme qui accouche de son enfant…