Le systeme nerveux

EN COURS


Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de manière équitable, collaborative, créative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, anonymat garanti. ** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour egos surdimensionnés, auto-promotion… iront directement dans la corbeille.


 

 

 

Être sur le chemin de l’évolutionc’est mener une étude

BDMPE-028

 

 

BDM: "D'autres personnes continueront ce travail de développement pour comprendre réellement les mécanismes occultes de la conscience. Ce sera important pour l’homme de pouvoir, en tant qu’ego, se référer à cette science-là pour comprendre sa relation avec sa source, donc avec les forces voilées qui font partie de sa supraconscience, afin de se protéger sur la terre et de vivre une vie de plus en plus agréable".


Extraits de "La conscience du mental de l'éther"  proposés par Josée. Ils sont prétextes à échanges avec BDM, avec sa source et à une triangulation générative sur Focus. 

Audio sur bdm.place

Télécharger
98b - La conscience du mental de l'éther
Document Adobe Acrobat 82.7 KB


Écrire commentaire

Commentaires: 20
  • #1

    Josée (mardi, 18 février 2020 18:43)

    1 Bernard
    Il n'y a pas de "lois" à la volonté ! Il y a des lois à l'intelligence, il y a des lois à l'amour, mais il n'y a pas de lois à la volonté. La volonté étant le seul principe que l'homme peut ordonner à partir de la terre pour faire trembler les sphères.

    Josée
    La volonté est le seul visage de l’esprit qui part d’en bas. La volonté est une énergie à la fois libre des sphères et du plan mental. La volonté est libre des sphères : elle tue le projet des sphères qui dure depuis qu’existe la mémoire. La volonté est libre du plan mental : elle naît de la pénétration de l’esprit dans l’homme. Elle n’a rien à voir avec le plan mental et son travail très rationnel de descente de l’intelligence menant à la descente de l’amour. La naissance de la volonté, c’est celle de l'homme. La volonté est une énergie brute semée avec le logo de la matière au tout début de la terre d’avant le projet des sphères. Elle est le projet de l’homme, sa volonté de se restaurer, son aventure réellement individuelle dans le plus beau sens du mot. La volonté est une éruption de puissance qui aura besoin d’être ordonnée à partir de l’expérience matérielle.

    Edwige
    La volonté est un attribut de naissance de l'ego. Même involué sa volonté lui permet de survivre dans la jungle humaine. L'ego dans l'énergie de son double lui permet de mettre à genoux toutes formes de domination et de manipulation sur sa conscience.

    La volonté nait avec l'humain, elle est une énergie issue de la puissance du feu cosmique qui émerge de l'énergie atomique du bing bang terrestre. Elle est déconnectée des mondes dominateurs et manipulateurs, elle est reliée à la conscience originelle, au feu cosmique de l'intelligence de l'esprit (conscience prépersonnelle ou originelle). Avec cette force de volonté il retrouve un jour sa réelle identité cosmique, son feu originel qui accompagnera tous les épisodes et virages en épingle à cheveux dans sa vie.

  • #2

    Edwige (mardi, 18 février 2020 18:44)

    2 Bernard
    La volonté est le seul principe faisant partie de la totale organisation psychique, matérielle, moléculaire, atomique, de l'homme. La volonté est la puissance vibratoire de la conscience des cellules de l'homme. La volonté n'appartient pas aux sphères, la volonté n'appartient pas aux dieux. La volonté n'appartient pas aux entités.

    Josée
    Par lui-même, sans l’intervention de l’homme, le plan mental ne comprend pas la volonté - même si le plan mental représente l’intelligence universelle indispensable à la compréhension des choses. Chez les sphères, la dissociation n’a même pas de solution. Celles-ci - même si elles ont créé l’organisation psychique, matérielle, moléculaire, atomique, de l'homme – n’accèdent même pas à goûter à la volonté quand elle se manifeste dans ce qu’elles considèrent leur créature. La puissance de volonté humaine est inhérente à la matérialité et à la pénétration de celle-ci par l’esprit. La volonté, c’est tout le mystère de la valeur de l’homme qui se révèle alors que le noyau matériel de l’âme peut soudain germer enfin, vivre enfin, en aspirant énergiquement l’esprit. Jusqu’à aujourd’hui le plan des sphères et celui de l’intelligence ont chapeauté le destin de l’homme mais seule l’arrivée actuelle de l’esprit peut remplir le noyau de l’être. L’homme, en aspirant la pénétration de l’esprit, s’énergise pour la 1re fois.

    Edwige
    La volonté est une empreinte génétique acquise à vie dès la naissance, de fait elle est agissante depuis et dans chaque atome cellulaire organique et psychique. Aucun plan, en dehors d'elle, n'a de suprématie sur elle.

    L'ego, tant qu'il résidait dans son mental inférieur, possédait une volonté mécanique de survit. Lorsque, par la puissance de l'énergie souterraine de l'âme il se conscientise, il monte à l'étage du mental supérieur et toute la puissance créative de sa volonté se met en branle-bas de combat contre les puissances involutives. Dans les sphères les entités sont dotées d'une intelligence machiavélique et dépourvue de volonté créative, il y a incompatibilité de voltage atomique et vibratoire avec la centrale électrique du système nerveux humain. Ce sont deux énergies de longueurs d'ondes différentes qui ne peuvent cohabiter sur le même pallier. La puissance de volonté humaine est donc incluse dans le projet terrestre humain, dans le feu cosmique de sa conscience prépersonnelle, originelle (esprit), cette puissance est inviolable. L'énergie souterraine de l'âme qui arrive à saturation de souffrances est le starter qui donne le coup d'envoi à l'ego pour propulser le turbo dans sa centrale éclectique nerveuse, elle va l'électrifier de haut en bas. C'est la descente de la Kundalini = énergie de la volonté par le haut d'abord (chakra couronne), ensuite montée de cette énergie par le bas (chakra racine) un gros nettoyage et desastralisation A/R du système énergétique corporel. La descente puis la montée de l'énergie de vie ou de volonté c''est l'électrification totale de l'architecture humaine, depuis le squelette, soutenu par la colonne vertébrale, jusqu'aux muscles, organes, glandes endocrines et toutes les particules atomiques de chaque cellule de l'organisme biochimique, physique.

  • #3

    Edwige (mardi, 18 février 2020 18:45)

    3 Bernard
    La volonté, je vais vous l'expliquer. Elle fait partie de la perfection du système nerveux de l'homme. La volonté fait partie de la perfection du système nerveux de l'homme. Elle est issue de la perfection du système nerveux humain.

    Josée
    La volonté est issue de la perfection du système nerveux. Le système nerveux est un petit bijou dans sa capacité canalisatrice. Le système nerveux s'est développé sur des centaines de millénaires en un extraordinaire carrefour de forces plus ou moins matérielles, astrales, élémentales et cosmiques. Il est prêt aujourd'hui à canaliser une énergie jusqu'ici inexistante : la volonté.
    Derrière ce nom tout simple, c'est une vibration nouvelle qui surgit au coeur du vieux réel. Cette énergie que canalisera le système nerveux demeurera indécelable dans les voltmètres médicaux mais aura des effets notables sur le corps. Il s'agit peut-être de l'énergie dite sombre ou antimatérielle que ne captent même pas les détecteurs gamma et les accélérateurs de collision.

    Edwige
    La volonté, en tant qu'attribut et principe humain, naît dans un système nerveux élaboré dans une perfection totale.

    La volonté, incluse dans un centre nerveux extrêmement bien calibré, est une fonction de télépathisation perfectionnée dans le mental supérieur. Le système nerveux dans lequel résident ces forces plus ou moins matérielles, astrales, élémentales et cosmiques" comprend une "mémoire inconsciente" : cerveau primitif ou reptilien (survie), 400 millions d'années, une "mémoire lointaine", cerveau droit ou limbique (émotionnelle, affects, peur), 65 millions d'années et une mémoire récente consciente : cerveau gauche ou néocortex (réflexion) 4 millions d'années.
    Si aujourd'hui l'humain devient progressivement apte à conscientiser cette énergie de la volonté, qui n'est pas nouvelle, mais innée dans le cerveau primitif le "cœur de ce vieux réel", c'est parce qu'une autre nouvelle énergie universelle (supramentale) est apparue peu avant les années 1970 pour booster cette énergie de volonté sous une forme anciennement spirituelle, appelée Kundalini.
    Cette énergie, logée dans le système nerveux, perçue par le mental supérieur et par le corps, viendra dans les chantiers d'études scientifiques avec des outils devenus obsolètes tels que "détecteurs gamma ou accélérateurs de collision", au même titre que l'énergie émotive de la créativité. Quand bien même elle serait une énergie sortie de l'antimatière, c'est une énergie qui sait ce qu'elle veut. Même invisible et occulte elle se matérialise par des actions concrètes et des créations dans la matière.

  • #4

    Josée (mardi, 18 février 2020 18:47)

    4 Bernard
    Le système nerveux humain est un habitat, à travers lequel peuvent se déplacer, sur différents plans de la réalité, une myriade de mondes, de forces et d'intelligences.

    Josée
    Des mondes travaillent partout dans le corps, tels les êtres élémentaux, ces microscopiques gestionnaires de la santé matérielle, et des forces beaucoup plus mystérieuses encore, celles du logos matériel, bosons, fermions, photons, ces forces munies de divers taux vibratoires qui remplissent l’immensité sidérale. Ce qu’il y a de particulier avec le système nerveux, c’est sa fluidité énergétique supérieure par rapport au corps, permettant aux mondes élémentaux et aux forces sidérales de voyager à la vitesse de la lumière pour livrer l’information vers le cerveau (l’ego) ou du cerveau vers le corps. Le système nerveux, comme l’ego, est ainsi habité en permanence par l’élémental et le quantique - mais aussi par l’onde luciférienne (les sphères) et ses ondes parasites, ainsi que par le pouvoir de programmation de l’ajusteur de pensée – qui pourrait s’appeler l’ajusteur de pensée et d’événement.

    Edwige
    Le système nerveux est une région multidimensionnelle, un point de rencontre et de visites des esprits universels qui peuplent les intelligences éthériques des mondes cosmiques.

    La compréhension du système nerveux, que nous avons et que nous aurons dans un futur proche, sera exponentielle à l'évolution de notre centre télépsychique qui nous mettra en contact avec des informations inédites sur l'énergie universelle. Tous ces architectes de la cohésion de tous les mondes dans l'univers sont de véritables orfèvres de la précision électronique, pour que tout dans cet univers fonctionne dans une synchronicité à faire pâlir la meilleure horloge solaire de tous les temps. Le système nerveux, avec sa densité moindre mais lourd en taux vibratoire, lorsqu'il est "éveillé" laisse arriver à lui les énergies vibratoires des puissances cosmiques et du jumeau cosmique qui délivrent dans le mental supérieur ce que l’ego a besoin de savoir. Tout ce qui circule en lui, désirable ou non, élémental, quantique, onde luciférienne ou parasites), traverse une gare de triage appelée discernement, énergie de très haute intelligence chez l'égo évolué. L’ajusteur de pensée qui n'a gardé que le nom n'ajuste plus rien dès l'instant que l'énergie du double (jumeau éthérique) est intégrée, qu'elle fait elle-même le tri de ce qui entre et sort dans le mental supérieur.

  • #5

    Edwige (mardi, 18 février 2020 18:48)

    5 Bernard
    Le système nerveux de l'homme est un arbre de vie. Il est un arbre de vie électrique, magnétique, parfait, un arbre de vie qui est capable d'assumer la puissance de sa propre manifestation.

    Josée
    Tous les animaux ont un système nerveux mettant en contact le cerveau et le corps. Ce n’est pas une raison pour regarder notre propre système nerveux seulement sous l’angle de sa fonction info-circulatoire interne. Le système nerveux est un agent libre dans l’univers. Ce n’est pas un agent libre dans le sens du libre-arbitre mais dans le sens de sa complète autonomie. C’est un senseur universel qui peut accueillir autant l’onde du plan mental que les égrégores astraux - et ce - sans se porter dommage parce qu’il capte la paix du monde atomique de la matière. Ce potentiel sensoriel phénoménal est nécessaire à l’exercice du discernement face aux égrégores astraux comme face au rayon mental.

    Edwige
    Les ramifications du systèmes nerveux sont des voies de déplacements et des autoroutes qu'empruntes les puissances universelles. Elles permettent à l'ego évolué, dans l'énergie de son double, d'entrer en contact télépsychique avec ces intelligences cosmiques.

    Le cerveau le chef d'orchestre, le maitre d'œuvre de l'architecture du corps animal interne et externe. Arrivé à maturité supramentale il gouverne avec une poigne de fer sur les ondes dans l'invisible qui pénètrent dans son mental.

  • #6

    Josée (mardi, 18 février 2020 18:49)

    6 Bernard
    C'est par le développement de son système nerveux que l'homme en arrivera un jour à conquérir les mondes, les plans, (…) parce que son système nerveux représente la connexion électrique avec tous les plans de la réalité.

    Josée
    Le système nerveux n’est pas juste la fonction indispensable à l'incarnation anthropomorphique qui rend l'homme anonyme dans l’humanité. C’est un bijou de connectivité faisant fi de toute catégorie, un arbre de vie s’étirant outre les distances à toutes les ondes qui composent le réel. Le système nerveux de l’homme est promis à la découverte interminable, pourvu qu’il se développe, pourvu qu’il se morontialise.

    Edwige
    Les circuits neuronaux du système nerveux sont à la pointe fine de l'évolution télépathique. Ils sont la perfection de l'internet et des satellites humains internes et en orbite terrestre qui le relient directement, sans interférence avec les mondes universels.

    Tous nos systèmes électroniques, y compris les plus perfectionnés, ne sont que des modèles réduits comparé au perfectionnement de la haute technologie, bioélectrique de notre système nerveux. Les cent mille milliards de neurones qui la composent sont dotés de cellules, 3 cellules gliales sur chaque neurone qui assurent le soutien et la nutrition des neurones, se renouvellent journellement. Ces milliards de ramifications sont comme une gigantesque toile d'araignée ouverte dans les quatre points cardinaux à toutes les dimensions de l'univers. La science ultra moderne aura besoin du soutien des scientifiques extraterrestres pour aller plus loin dans la compréhension de la sophistication de ce système nerveux.

  • #7

    Edwige (mardi, 18 février 2020 18:52)

    7 Bernard
    C'est à travers le système nerveux que l'homme peut connecter avec tous les plans de l'univers. C'est à travers son cerveau qu'il peut comprendre les connexions, qu'il peut en développer l'intelligence mais c'est à travers le système nerveux qu'il est en contact avec l'universel.

    Josée
    L’homme - grâce à la puissante connectivité de son système nerveux – est en train de devenir l’œil de l’esprit dans la matière. Son système nerveux apporte la connexion entre tous les plans et tous les mondes issus des divers logos de l’esprit - alors que son cerveau est quant à lui en cours de devenir le parloir de communication verbale où l’homme est instruit sur toutes ces choses par le plan mental, celui du principe de l’intelligence de l’esprit.

    Edwige
    Du centre de ses ramifications, fibres et neurones, l'humain connecté à l'intelligence de l'énergie de son double, possède une voie d'accès royale aux mondes universels.

    Nous avions le 3ème œil de la spiritualité, il a transmuté en 3ème œil du cerveau bioélectronique pour scruter au travers de la matière. L'esprit étant notre conscience originelle, donc sans personnalité, peut être le carrefour des assises universelles, tout ce qui sera dit par ses divers représentants ne sera coloré par aucune mémoire planétaire et astrale, donc rapporté aux humains vibratoirement par la source du feu cosmique.

  • #8

    Josée (mardi, 18 février 2020 18:53)

    8 Bernard
    Le système nerveux dans sa réaction humaine, matérielle, planétaire, représente pour l'homme, la totalité de son énergie qu'il peut mettre en branle, pour manifester ce que nous appelons le principe de la volonté.

    Josée
    La volonté puise dans les énergies matérielles, atomiques et telluriques auxquelles l’homme est raccordé par son système nerveux. La puissance de la volonté coïncide avec la perfection de ce pouvoir de captation du système nerveux et non avec de la foi en des formes spiritualisables. C’est pourquoi on peut dire qu’il s’agit d’une puissance humaine et qu’elle rend l’homme identique à lui-même chaque fois qu’il l’exerce.

    Edwige
    La charge électrique, contenue dans le système nerveux est le bloc haute tension ou starter du déploiement de la volonté.

    Le système nerveux humain est connecté à toutes les énergies environnantes aussi bien par le haut que par le bas. Ces énergies sont utilisées créativement lorsque la volonté de l'ego a détruit tous les obstacles à son évolution.

  • #9

    Edwige (mardi, 18 février 2020 18:58)

    9 Bernard
    Le système nerveux de l'homme ne peut se développer qu'en fonction de la puissance de sa volonté. (…) Le développement du système nerveux nécessite l'abolition chez l'homme du partage entre ses besoins et les forces en lui qui retiennent l'énergie nécessaire à la création de ses besoins. Tant que l'homme ne pourra pas actualiser ses besoins, il ne pourra pas se servir de l'énergie du feu qui passe à travers ses centres qui électrifie son système nerveux, et qui donne à son mental une volonté puissante capable de déraciner toute forme d'obstacles.

    Josée
    Les besoins ne ressortent pas d’une science, ils n’ont pas besoin d’intelligence. Ils sont un arrêt sur l’image où l’homme lâche prise de la pression « des forces en lui qui retiennent l'énergie nécessaire à la création de ses besoins ». L’homme dénudé, l’homme épuré, ressent les attributs du réel dans son système nerveux, seul point de repère de sa conscience. Les attributs du réel sont les divers visages de la paix : l’équilibre, la neutralité. Elle est là la mise à terre, il est là le ground, ce vide absolu exempt de tout vecteur de pression : dans le système nerveux. C’est de là que ressortent nos besoins en tant que sentis in-con-tes-tables. C’est de là, de cet arrêt sur l’image du film de nos quêtes, qu’ils sont actualisés en tant que manquements réels. Or le système nerveux ne sert pas juste à détecter le besoin, il sert aussi à l’apaiser puisque c’est le système nerveux qui canalisera ensuite la volonté nécessaire pour abattre tout ce qui fera obstacle à la réalisation de ce besoin.

    Edwige
    La puissance de la volonté, pour être au maximum de ses potentiels de feu, doit se concentrer en priorité dans l'éradication des forces involutives qui l'empêchent d'utiliser ce feu pour actualiser ses besoins. Ainsi l'énergie électrique qui le traverse ébranle son système nerveux, il peut dégommer tous obstacles sur son chemin d'évolution.

    Les besoins sont des réponses de l'organisme nécessiteux en carburant énergétique pour fonctionner.
    Les attributs du réel, ou repères, sont les phares de la conscience logée dans la fonction de reproduction sous le contrôle du complexe hypothalamo-hypophysaire. Cette régulation hormonale permet le maintien des caractères sexuels mâle et femelles de l'humanité. La quête d'équilibre, de neutralité et de paix de ses deux entités, masculin/féminin internes, nait là d'où viennent les pressions de la dualité dans ces deux polarités. Les deux glandes hormonales sont le réservoir indispensable du rééquilibrage des deux plateaux cérébraux internes et seule une volonté de fer peut ordonner au système nerveux de pourvoir aux besoins de ses deux moitiés.

  • #10

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:01)

    10 Bernard
    Si l'homme n'apprend pas à concentrer son énergie à travers l'acte de la volonté au-delà des influences subtiles créées astralement ou mentalement par des forces en lui qui font partie de certaines intelligences, il ne pourra jamais donner à son système nerveux la tension nécessaire, la force nécessaire, pour déraciner de sa vie ce qui fait de lui un être esclave.

    Josée
    Dépendamment du niveau d’émancipation de la personne, le système nerveux lui-même est plus ou moins un volcan ou un être esclave. Ce sont les choix psychiques de l’ego qui permettent ou non au système nerveux de se soustraire à l’emprise des manipulations de l’invisible. Ces choix deviennent de plus en plus éclairés à mesure que la subtilité des manipulations de l’invisible s’approfondit. Mais il vient un stade où, l’ego a beau s’affûter, il ne peut plus se croire à niveau avec ses arnaqueurs si ce n’était du point d’appui qu’il va chercher dans son système nerveux. En tant que raccord aux énergies les plus parfaitement calmes, le système nerveux permet à l’homme de se définir dans son besoin de l’instant, besoin d’équilibre, de neutralité, et d’ainsi contester sa pensée qui embrouille et emberlificote son besoin. Il y a réenlignement. Et le système nerveux, en tant que raccord aux énergies sources de la volonté, renforcera les deux mains avec lesquelles l’homme pour filer droit dans cette direction tiendra son gouvernail.

    Edwige
    C'est dans l'instant présent que le mouvement énergétique de la volonté doit être au maximum de sa puissance de feu. Dans cet instant T il peut s'extraire de son assujettissement aux forces et intelligences infiltrées en lui qui l'influence astralement ou mentalement par des trains de pensées.

    En réalité l'être n'est maître de lui-même que selon sa capacité à dire stop, no trespas à l'esclavagisme spirituel et astral de sa conscience. Cette capacité vient de sa constitution cérébrale et de sa "programmation" qui pourrait être le parchemin de son système nerveux, accessible ou non aux perversités astrales qui savent lire les failles dans ce parchemin. Ors l'ego, dans sa conscientisation de ses propres failles va utiliser, de plus en plus drastiquement, l'épée de sa volonté et trancher dans le vif de tout ce qui perturbe son centrage, et/ou l'empêche de viser ses objectifs de vie.

  • #11

    Edwige (mardi, 18 février 2020 19:09)

    11 Bernard
    L'homme n'a pas besoin d'avoir une grande connaissance profonde et visuelle, et expérientielle, de l'invisible ou des mondes parallèles pour vibrer dans son système nerveux. Il n'a qu'à savoir que ces mondes existent. Il n'a qu'à faire un mouvement sur le plan matériel en relation des interférences de ces mondes pour sentir, dans son système nerveux, une souffrance qui, amenée au niveau du mental, lui fera réaliser jusqu'à quel point il est manipulé.

    Josée
    La conscience, si on la dissèque en mouvements, est un échange entre le haut et le bas. En bas, on a l’homme dans son système nerveux qui reçoit des interférences – en haut on a le plan mental qui programme l’arrivée des interférences puis qui communique avec le bas de façon à ce que la programmation donne des fruits. Les interférences sont polarisées et demandent d’être neutralisées par un échange neutre. Seul l'échange neutre a pour fruit une expansion de la conscience. L’échange commence à être neutre quand le bas (l’homme dans son système nerveux) est capable de ressentir très objectivement l’existence de l’interférence qui lui est programmée par le haut. Le bas est alors capable d’assumer sa réaction (même si celle-ci est vivement souffrante pour le système nerveux) et de la fusionner au rayon qui connecte le bas et le haut. Il suffit à l’homme de se protéger dans son système nerveux, c.a.d. d’assumer sa propre souffrance très centrique et matérielle, pour que le haut se charge de sa part des choses. La part des choses du « haut » (ou plan mental) est de faire faire une expansion de conscience vis-à-vis du phénomène de l’interférence qui a démarré l’épisode. Le plan mental collabore ainsi à faire prendre conscience de l’invisible, qu’il s’agisse de lui-même « le haut », ou qu’il s’agisse des divers mondes purement aliènes qui cherchent à posséder le système nerveux.

    Edwige
    L'humain, qui n'a aucun doute sur l'existence des mondes habitant l'univers, sait par les souffrances qui lui ont été imposées, comment et de quelle façons les plans l'ont manipulé durant des éons dans son mental inférieur.

    Le plan mental inférieur recevait jadis des interférences astrales lorsqu'il canalisait de l'information non conscientes. La connectivité, ou télépathie vibratoire n'étant pas encore établie, la conscience originelle (esprit) met en place un système de régulation, de burinage qui permet à l'ego de ressentir le type d'interférences egoïque ou astrales. Le mental supérieur de l'humain communique avec les plans énergétiques universels par le biais de son jumeau éthérique (sa source). L'énergie de l'esprit transmute la polarité systématique entre le mental inférieur et le mental supérieur en voie de télépsychie mentale. Les souffrances induites par la pression télépathique grandissante doivent aussi être conscientisées dans les circuits neuronaux, afin de déterminer qu'à part le mental supérieur, nul ne peut pénétrer les fusibles à haute tension du système nerveux.

  • #12

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:12)

    12 Bernard
    Le problème de l'homme, si nous le regardons d'une façon simpliste, demeure et demeurera toujours un problème de volonté. Il n'est pas un problème d'intelligence ! Il est un problème de volonté, parce que c'est à travers la souffrance de l'homme dans son système nerveux que la volonté commence à se manifester. Ensuite vient l'intelligence qui permettra à l'homme de diriger son action dans une direction ou dans une autre.

    Josée
    S’émanciper des forces de vie crée de la souffrance dans le système nerveux parce que cette « vie » s’attache à l’individu par toutes ses manifestations, qu’elles soient karmiques, socialisantes,
    moralisantes, spiritualisantes, lui créant des nœuds mémoriels qui servent de levier de contrôle aux forces de vie. Sortir d’une dictature, c’est aussi assumer la souffrance vibratoire d’un branle-bas de combat sur le plan énergétique. Sortir d’une dictature, ce n’est pas juste exercer la volonté de sortir de la souffrance coutumière inhérente à l’ancien asssujettissement. C’est aussi souffrir le très profond chaos du passage à la liberté. De toute façon, les deux types de souffrances cohabitent durant la transition. La volonté, héroïque, fait tous les ajustements. Elle est en tête du renversement de régime, qui est un renversement de la direction du courant vibratoire. Une fois que la souffrance fut adressée,

    Edwige
    A la base l'intelligence mécanique de l'ego à suffit pour faire des équations dans sa vie durant sa période involutive, mais sans une volonté de fer il ne pût dépasser le stade primitif de cette intelligence mécanicisée par l'éducation planétaire. Nous constatons, en effet, que sur le terrain de la "vraie vie" c'est l'immense souffrance du système nerveux, lié aux expériences de l'âme, que l'énergie souterraine de l'âme en souffrance également propulse l'énergie de la volonté en dehors de ses capsules neuronales électriques. Cette énergie ancienne, et nouvelle à la fois, car renouvelée, sortie de son sommeil, permet à l'intelligence de la conscience originelle (esprit) d'engager l'ego dans un processus de conscientisation.

    Le sac animique donne accès au système nerveux à tout un réseau mémoriel qui impacte psychologiquement l'ego par le corps émotionnel et le système nerveux vibratoirement par les corps subtils. Pour virer de bord, dans ces nœuds de vipères mémoriels, seule une énergie de volonté, propulsée par l'âme en souffrance extrême, permettra à l'ego de sortir vainqueur de la bataille pour sa libération et des retrouvailles avec sa conscience originelle sans qualité ni défaut.

  • #13

    Edwige (mardi, 18 février 2020 19:15)

    13 Bernard
    C'est réellement à travers la souffrance exiguë du système nerveux, la souffrance aigüe de ses sens de plus en plus martyrisés par l'impuissance imposée par les sphères, que l'homme en arrivera un jour à décrocher en lui le feu, à le faire descendre dans les moindres vertèbres et à le rendre puissamment dans le monde afin de sentir qu'il est homme, qu'il est libre, qu'il est absolu et qu'il est au-dessus de tout ce qui est autorité subjectivant sa volonté.

    Josée
    La souffrance du système nerveux est un potentiel important qui fait partie de la perfection d’un système nerveux humain transparent. Par cette transparence, la souffrance du système nerveux peut être mise au neutre et admise à la conscience en tant que puissance de volonté extraordinaire. Mais il reste qu’elle est perçue en tant que souffrance par les shakras des diverses dimensions du système nerveux. Transcender l’aspect souffrant pour pleinement habiter le système nerveux (c.a.d. être transparent) optimise la capacité de celui-ci d’aspirer le feu atomique. L’arrivée du feu atomique dans les fibres de la moelle épinière est, avec la transparence, l’autre visage extraordinaire de la fusion de l’homme. Car pleinement subir la souffrance du système nerveux, autrement dit, ne pas la polariser, ne pas s’en inquiéter, ne pas s’en plaindre, réussit à en « décrocher » le feu électrique, donc à remettre celui-ci en branle, donc à le mettre en voie d’intégration à l’esprit. Au niveau psychologique, seule cette pleine restitution du feu atomique par l’absorption de la souffrance du système nerveux permet de mettre à profit ce feu dans le monde dans toute sa puissance.

    Edwige
    Au terme d'une souffrance sensitive insoutenable (ex énorme dépression multiples) l'humain arrive au bord de la rupture qui contenait son feu atomique. Ce feu cosmique (kundalini) couplé à l'énergie souterraine de son âme, dévore de haut en bas tous les nœuds énergétiques de l'architecture de son corps physique. Il se libère ainsi du joug des sphères malignes faisant autorité psycholoique sur sa volonté.

    La centrale électrique du système nerveux en surtension crée une souffrance exacerbée dans chaque atome de chaque noyau neuronal. L'énergie de l'exacerbation de cette souffrance déclenche une autre énergie, celle de la volonté de briser les chaîne de sa matrice. L'influx important fait exploser le feu atomique de cette énergie qui du sommet du crâne descend jusqu'à la dernière vertèbre de la colonne centrale de feu. Cette colonne est nettoyée dans chacun de ses centres énergétiques eux-mêmes reliés aux plans qu'ils gouvernent, le corps subtil afférent et ses parties annexes (glandes, partie du corps, muscles etc.). Sans l'intervention de l'égo, cette énergie remontera progressivement pour désastraliser, réparer chaque endroit où le feu cosmique a posé son empreinte. La fusion de l'homme se concrétise par un nettoyage des centres énergétiques en haut comme en bas, et par l'interpénétration des dimensions de l'être (âme, ego, esprit, jumeau, cerveau éthérique), dont la durée de temps est indéterminée, dépendant de la programmation de chacun.

  • #14

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:17)

    14 Bernard
    L’homme s'enlève de la volonté à partir du moment dans la vie où, sur le plan de son mental inférieur, il vit le doute, face à la réalité intégrale de son mental supérieur, de canaliser en lui, à travers son système nerveux, l'énergie dont il a besoin pour se donner ce dont il a besoin. Donc, à partir du moment dans la vie ou l'homme vit le moindre doute, il vit d'un système nerveux diminué. Donc naturellement il vit d'une volonté diminuée et il ne peut pas faire surgir en lui la grande puissance créative de cette énergie cosmique qui passe par les centres les plus élevés de son cortex pour descendre vers les centres inférieurs de ce même système parce qu'il y a en lui une faille, qui est le doute.

    Josée
    C’est en comptant le système nerveux ici-bas comme son interlocuteur que le plan mental, en haut, programme toutes choses. Le plan d’intelligence atemporelle programme toutes choses en sorte qu’ici-bas, le système nerveux canalise au fil du temps l'énergie d’interférence susceptible de faire en sorte que l’homme puisse se donner, de son côté, la fameuse volonté. Provoqué par l’interférence imposée à son système nerveux, l’homme, par son même système nerveux, a alors l’opportunité de puiser cette puissance atomique formidable et inouïe qu’est la volonté, seule façon de remplir ses besoins existentiels. En fait volonté et besoin se révèlent faire partie d’une même roue. La perfection de la circularité de l’énergie cosmique doit être reconnue afin d’être épousée sans crainte. Le système est si parfait qu’il met en évidence la moindre trace de doute non sevré encore, d’où la souffrance vibratoire qui s’en trouve exacerbée. Car c’est l’homme en bas qui doit réaliser les choses, c’est lui qui colmatera sa faille fondamentale qui lui fait nourrir du doute.

    Edwige
    La mécanique électrifiée du système nerveux permet au plan mental supérieur de devenir télépsychique et de se connecter à l'énergie de son jumeau éthérique, ainsi qu'aux plans universels. S'il ne vit pas de doute sur cette connectivité dans son système nerveux, il garde la toute puissance cosmique de sa volonté, elle subvient à tous ses besoins créatifs depuis ses centres les plus élevés du cerveau (couronne) vers les centres inférieurs (coccyx) dans la colonne vertébrale.

    Le plan mental supérieur de l'Humain est cet espace où réside l'ego nettoyé, buriné par l'esprit qui se met en relation progressivement avec l'énergie de son double. La programmation de chacun est un peu la carte routière de l'âme et de l'ego dont le système nerveux électronique sert de GPS à la volonté pour trouver son chemin à chaque carrefour de son existence, sans aucun doute sur sa destination.

  • #15

    Edwige (mardi, 18 février 2020 19:20)

    15 Bernard
    (La faille de l'homme) n'est pas réelle, mais est créée par d'autres plans afin d'empêcher la puissance de son système nerveux d'électrifier les sphères, c'est à dire afin de l'empêcher de résonner dans les éthers de ses atomes, de ses molécules, de ses cellules.

    Josée
    Le système nerveux est confiné à un rôle utilitaire pour l’incarnation comme s’il ne s’agissait que d’un système mécanique à l’instar des systèmes digestif ou circulatoire. Il est retenu de capter le feu atomique et de le faire résonner dans les éthers du corps incarné. Ce plafonnement de sa capacité canalisatrice est l’œuvre des tuteurs du projet terrestre, les sphères, ces mondes vibratoirement responsables de l’organisation cellulaire de l’homme, ou faut-il dire de la corruption de l’organisation cellulaire de l’homme. Tel que rationnalisé le plan mental, ces créateurs généticiens extra-terrestres n’étaient connectés qu’à l’onde luciférienne et non au plan mental. C’est conformément à l’hyperrationnalité du plan mental qu’ont ainsi eu lieu - non seulement le sabotage cellulaire de nos neurales – mais aussi la mise en place de la machine de la manipulation psychique. L’arrivée de l’esprit dans le système nerveux prend le relai du tutorage des sphères. Mais la domination des sphères n’est renversée à un fort coût, celui que devra payer le système nerveux, celui de la volonté.

    Edwige
    Les failles sont des faiblesses factices qui empêchent l'homme d'éclairer l'obscurité des plans qui le manipule, par la réverbération de la lumière de ses atomes jusque dans les éthers universels. Le système nerveux est la centrale électrique de chaque centrale de chaque partie du corps, c'est la chaudière qui porte en son cœur la flamme éternelle du feu cosmique de la création de tous les systèmes cosmiques. Ce système tombe en panne et c'est la banqueroute générale de l'être habitant le véhicule corporel, la mort clinique est déterminée par la disparition de l'activité électrique du cerveau.

    Les restrictions involutives, dans les fonctionnalités originelles de l'humain, furent programmées pour repartir de zéro avec de nouveaux codes qui seraient l'empreinte du plan luciférien créateur de nouveaux mondes lorsqu'il se sépara de sa source originelle. Ces entités lucifériennes, étant coupées de l'énergie de leur source, inventèrent une autre source d'énergie en implantant des lignes de prédation dans des corps subtils, invisibles pour l'humain, et imaginés pour subvenir à tous les besoins énergétiques de tous ces plans machiavéliques. La conscience originelle (esprit) ne put éclairer l'ego que d'une lumière fade et frelatée par ces plans. La nouvelle énergie supramentale vient à point nommé, en bout de course involutive, pour soutenir la puissante volonté des egos en évolution durant cette fin de cycle.

  • #16

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:22)

    16 Bernard
    Cette énergie puissante (c.a.d. la puissance d'électrifier l’être sur le plan matériel en résonnant dans les éthers de ses atomes, de ses molécules et de ses cellules) fait du système nerveux de l'homme le plus développé dans l'univers local et dans l'univers au large. (Mais…) l'homme ne pourra électrifier son système nerveux tant qu’il n'aura pas pris conscience de son mental supérieur.

    Josée
    L’homme doit devenir un centre. Sa raison d’être est son devenir solaire. La solarité de son système nerveux sera caractéristique d’une nouvelle réalité : celle d’une canalisation de la totalité des formes d’énergie dans le grand sidéral. En comparaison, les étoiles incluant les trous noirs sont des canaux pour certaines formes d’énergie seulement. Le système nerveux de l’homme est la technologie la plus achevée de l’univers, la seule vouée à être capable de retransmettre la création de l’esprit sur tous les superunivers, de l’éther le plus bas, dans la dimension atomique, au plus haut, dans la dimension mentale. Or ces deux extrêmes ne peuvent être canalisées qu’en parallèle. Mais il y a une séquence dans le processus. L’homme, l’ego, le système nerveux, a d’abord besoin de communiquer avec le plan mental pour se brancher au plan atomique. (NB que « communiquer » avec le plan mental = en déjouer les jeux réflectifs.) À mesure que ce contact sera plus transparent, il arrivera conséquemment que les voiles seront arrachés autour de l’atome, ce logos de base qui tapisse les profondeurs internes du système nerveux. Et inversement, le dévoilement de la proximité hyperactive de la matière demandera et produira une volonté accrue qui imposera une plus grande autorité de l’homme au sein du plan mental.

    Edwige
    En prenant conscience de son mental supérieur et de la puissante centrale électrique qui constitue chaque cellule et atomes de son système nerveux, l'ego est aux commandes d'une colossale énergie qui peut illuminer l'univers tout entier si le doute ne lui fait pas obstacle.

    L'humain est doté d'un cerveau équivalent a une centrale nucléaire sur terre, il a le potentiel de télépathiser avec tous les réseaux énergétiques universels. Le système nerveux de l’humain est le cœur de cette centrale, il possède le feu cosmique de la flamme de l'origine des origines, qui est récepteur et émetteur de et dans tous les mondes universels, ce cœur de la centrale anime la volonté de l'humain capable de briser tout obstacle à la dispersion de la lumière du feu cosmique.

  • #17

    Edwige (mardi, 18 février 2020 19:26)

    17 Bernard
    À partir du moment où l'homme a la capacité, ou sent la capacité, d'électrifier son être, il prend conscience de la capacité de son système nerveux de réagir à toute forme de chutes qui pourraient
    entrainer, sur le plan matériel, une décadence de ses organes. Donc, le système nerveux, la volonté, la santé des organes de l'homme, la puissance créative de son mental, font une et une même
    chose.

    Josée
    Le système nerveux a toujours été un socle pour la santé des organes, son tonus garantissant par exemple le tonus cardiaque, digestif ou sexuel – comme à l’inverse, la tension a toujours
    éventuellement causé du désordre dans les organes. Mais aujourd’hui, le système nerveux, plus que le socle du corps matériel, devient son pourvoyeur de santé. Qu’est ce qui est arrivé ? C’est
    l’apparition de la volonté humaine. L’ego, avec la volonté humaine, s’est ouvert au plan mental en désastralisant le lien. Le système nerveux, avec la volonté humaine, s’ouvre dès lors lui aussi,
    faisant apparaître sa puissance canalisatrice. Cette volonté est surhumaine et ouvre les capacités canalisatrice de l’être à mesure que l’être se désastralise - et, à mesure que tout devient
    canalisation, ce qui est canalisé c’est plus de volonté.
    Or celle-ci est l’énergie rassembleuse de toute énergie. C’est donc désormais en tant que capteur et retransmetteur de toute énergie que peut travailler le système nerveux. Désastralisé, il devient
    le transducteur autant des énergies de l’atomique que de celles du mental. L’atomique et le mental: le patient et le médecin se rencontrent enfin. La science de la matière, construite au moment même
    de ce contact atomique-mental, créée par ce regard direct de l’esprit dans la matière, s’introduit dans la matière.
    Mais il faut pour cela l’exercer, la volonté, la générer, la faire être. Au profit de l’organe qui tire de la patte, l’ego commande. La volonté, ce principe cosmique capable de rassembler toute forme
    d’énergie, est produite. Le système nerveux, cette antenne de la volonté, canalise le traitement. L’impact, vibratoire, multidimensionnel et spécifiquement propre à rééquilibrer l’organe, agit. Le
    système nerveux, touchant directement au bon endroit dans la profondeur de la matière, répare le désordre. La conscience goûte à l'équation Être = s’harmoniser.

    Edwige
    La mise sous tension est LA prise de courant électrique qui allume ou qui éteint l'entièreté du système nerveux qui concours à la santé et à la puissance créative du mental supérieur, de fait, cette prise de courant est LA volonté.

    Les fonctions endocrines du système nerveux sont un peu les agents de police qui visent à la bonne circulation des hormones dans chaque glande du corps. En tant qu'agent principal de la circulation le système nerveux doit être lui-même au top de sa propre autonomie en produisant seul l'énergie de la volonté. L'ego puise cette volonté dans la centrale électrique du système nerveux, il pourvoit aux besoins énergétiques du mental supérieur lorsqu' s'agit de communiquer avec son double.

  • #18

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:32)

    18 Bernard
    L'homme nouveau découvrira les secrets de son système nerveux. Et il découvrira qu'il n'y a aucune partie de la vie visible ou invisible qui ne s'y rattache pas. Et il découvrira (…) que c'est par ce système nerveux que s'infiltrent dans l'homme les forces de vie.

    Josée
    Ce qui a toujours été appelé la vie fut un artifice, vu que ce ne fut qu’une facette de la médaille de l’existence qui tourne sur elle-même et qui, quand elle présente son autre facette, fait
    obligatoirement mourir le vivant. La neutralité est impossible, la liberté est impossible, la permanence est impossible et l’identité est impossible. Cette vie est morte, elle n’est qu’une mécanique
    qui ne peut être autrement que temporaire. Cette vie est inconsciente parce qu'elle existe sous l'instigation d'une onde parfaitement paternelle, donc dominatrice. Cette onde rend l’individu
    incapable de se protéger de la manipulation des forces parasites qui en ressortent. Ces forces dites « de vie », en pénétrant l’individu par son système nerveux, détournent la puissance canalisatrice
    de cette antenne. Cette onde fut légitime, elle devait assumer l’étape involutive préparatoire à la pénétration de l’esprit dans la matière. Mais là ça y est, le changement d’étape est en cours alors
    qu’on passe d’un système nerveux qui rassemblait les forces de "vie" à un système nerveux qui rassemblera tous les plans par la puissance de la volonté. En tant que système nerveux, l’homme du futur se saura incroyablement vivant par l’exercice de la volonté, dont l’émission active se substituera graduellement à la réception passive des forces de vie.

    Edwige
    Les scientifiques de demain n'auront plus de secrets cachés dans son système nerveux. Toutes les énergies de l'univers seront connectées à lui pour l'instruire et l'enseigner sur cette formidable machine à remonter et à explorer le temps.

    La vie sur terre est une immense scène de théâtre, nous revenons incessamment avec un costume différent, taillé sur mesure, pour les besoins évolutifs de chacun. Les uns sont les "bénéfices secondaires" ou "dommages collatéraux" d'eux autres (plans vampiriques) selon le point de vue où on se place, à court ou à long terme. En vivant comme des marionnettes sur scènes nous répondons aux désirs des marionnettistes, ils projettent désirs et peurs sur nous, ils utilisent nos centres émotifs qui leur procure l'énergie de leur scénarios répétitifs. Jusqu'au jour où le double cosmique se manifeste pour donner vie intelligente à la marionnette lui ouvrant l'accès à la volonté dans son système nerveux afin de se mouvoir par lui-même.

  • #19

    Edwige (mardi, 18 février 2020 19:33)

    19 Bernard
    C’est par le système nerveux que se manifesteront à travers l'homme demain d'autres forces de vies issues de sa volonté, c'est-à-dire exprimées par lui. Parce que l'homme aura finalement appris à
    contrôler en lui les forces de vies qui font de son système nerveux un système réflectif au lieu de faire de son système nerveux un système émetteur.

    Josée
    Le verbe exprimer commence seulement à prendre son sens. Dans la mesure où l’ego bloque l’infiltration sournoise des forces dominatrices, la volonté est capable de puiser dans un maximum d’autres forces qui se joignent dans le système nerveux et se diffusent dans les chakras pour résonner au creux des nœuds mémoriels sur les différents plans. L’apparition de la volonté résulte du contrôle des forces de vies. Celles-ci exerçaient sur l’homme un contrôle unilatéral exempt de communication, comme le demandait la manipulation inhérente à leur fonction parentale. Quand l’ego contrôle le contrôle, il découvre sa capacité communicationnelle. L’homme ne se connaît pas, il apprend maintenant à s’exprimer et à communiquer, il apprend à gérer le besoin quelconque qu’il sent qu’il a. Faires urgir la volonté c’est faire de son système nerveux un système émetteur dans le cadre de la gestion d’un besoin.

    Edwige
    L'homme du futur saura utiliser sa volonté pour matérialiser ses pensées, ses besoins vitaux, énergétique, télépathiques, y compris le déplacement ou bilocation d'un espace à l'autre faisant fi de la gravité terrestre.

    L'énergie de la volonté s'exprime et se diffuse de haut en bas par le centre de la colonne vertébrale. Le système nerveux est aux commandes de la diffusion du feu créateur, pour communiquer avec son jumeau éthérique (double).

  • #20

    Josée (mardi, 18 février 2020 19:36)

    20 Bernard
    Le système nerveux de l'homme : c'est l'homme. Vous demandez : qu’est-ce que c'est "l'homme" ? L'homme c'est le système nerveux humain. L'homme c'est son système nerveux. Tout ce qui est en dehors du système nerveux de l'homme fait partie des sphères, des autres mondes, des autres plans qui constituent les essences spirituelles de la réalité de l'homme. Mais le système nerveux de l'homme est sa seule propriété, est sa seule réalité fondamentale sur le plan matériel. Il est la seule dimension de son être qu'aucun être, dans aucun plan, dans aucun monde, ne peut contrôler si l'homme a le pouvoir de la volonté.

    Josée
    Un système nerveux morontialisé naîtra des cendres de l’involution. Ce ne sera plus tant une structure qu’un centre de puissance canalisatrice. Cette puissance sera enfilée comme un gant, en tant que prolongation naturelle de l’involution particulière de la personne. Elle sonnera juste, évoquant la notion du réel ET l’angle d’approche de la vie qu’aura secrètement développées la personne. La morontialisation est une rematérialisation ou mutation de la matière où s’harmonisent les diverses dimensions de la personne, préservant, voire réhabilitant l’unicité de la personne. L’homme morontiel s’identifiera à son système nerveux et à lui seulement parce qu’il aura lui-même morontialisé ce qu’il croyait n’être qu’une partie de lui. La personne accouche d’elle-même par l’intégration de ses dimensions, c.a.d. par l’intégration de ses nœuds mémoriels, c.a.d. par le contrôle des sphères. L’intégration des nœuds mémoriels, c’est le contrôle des sphères, puisque, pour contrôler l’homme, les sphères exploitent ses nœuds mémoriels. Enfin identique à lui-même sur les sept dimensions, l’homme connaîtra un avenir qui au moins sur ce niveau sera simplifié. Mais que de défis se présenteront pour affermir sa maîtrise. Transducteur d’ondes, convertisseur d’ondes en puissance créatrice, l’homme devra, flanqué de son ami cosmique son ancien ajusteur de pensée qui lui frayera un parcours d’apprentissage, se rendre maître en volonté devant chacun de ses besoins.

    Edwige
    L'homme est le moteur à réaction de l'organisation de son véhicule terrestre pour se déplacer dans les quatre points cardinaux autour de lui. Dans ses véhicules, matériel et subtils, montent gratuitement à bord toutes sortes d'énergies disparates des mondes inférieurs ou involutifs. Par contre dans ce moteur à réaction, territoire matériel très personnel c'est "no trespass"… Lorsqu'il est bien campé dans une volonté de fer et une grande autorité intérieure, rien, ni personne ne peut usurper sa conscience, ni contrôler ses pensées, le dévier des pensées de sa source.

    L'immortalité de l'humain terrestre est en devenir par la matérialisation du double dans le véhicule terrestre. L'humain ayant rassemblé dans ce véhicule ses différentes parties multidimensionnelles, transmute les énergies denses de cette matière en énergies éthérées, donnant un attribut immortel à cette matière. Son système nerveux fusionne avec le 4ème cerveau éthérique, une régénérescence humaine qui fera de lui le commandeur des sphères, le chef d'orchestre de tous besoins universels.