Le doute


Être sur le chemin de l’évolution 

c’est mener une étude

BDMPE-028

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction "descendue" par BDM de manière équitable, collaborative, créative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, anonymat garanti. ** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour egos surdimensionnés, auto-promotion… iront directement dans la corbeille. 


 

 

Extraits de plusieurs conférences traitant du "DOUTE" proposés par Mimi. Ils sont prétextes à une "triangulation" avec la source de BDM, puis à des duos génératifs.

 

 

 

 

 

 

BDM/RG: 12 a-b  LE DOUTE SE LIBÉRER DE LA FORME 

  

BDM/PE 066 LE POINT D'INTERCEPTION - LE DOUTE

 

BDM/DM: 67 LES MÉCANISMES DU DOUTE 

 

GENESE DU REEL 06 - DU DOUTE ET DE LA CROYANCE


Écrire commentaire

Commentaires: 65
  • #1

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:52)

    BDM/RG: 12 a-b LE DOUTE SE LIBÉRER DE LA FORME

    1 Bernard : Le doute c'est une force, une vibration qui s'enregistre dans le mental humain qui peut être amplifiée par les émotions humaines et qui empêchent l'être humain d'être "centrique".

    Mimi : Le doute impose sa présence par son impact sur le mental humain, déclenchant un rapport de force, une confusion et une mise en opposition entre ses pensées. L’individu se retrouve dans un mal-être, perturbé, désorienté ce qui exacerbe dans le même temps son émotivité, le laissant sans repère, déstabilisé.

    Edwige
    Le doute vient des puissantes vibrations d'entités qui trafiquent notre corps émotionnel, en récupèrent l'énergie et nous déstabilise pour freiner l'accès à notre plan mental.

    Le doute qui a une telle emprise sur l'ego est le reflet d'une entité ancrée depuis trop longtemps il est temps de la démasquer et la déloger de son psychisme pour laisser place à l'énergie de son double.

  • #2

    MIMI (samedi, 27 février 2021 05:53)

    2 ) Bernard : Les gens doutent parce qu'ils se posent des questions, les gens doutent parce qu'ils pensent.

    Mimi :
    Le doute s’autoalimente dans l’individu qui est pris dans son mécanisme duel réflectif.

    Edwige
    Nous doutons surtout par ignorance que la pensée du doute ne nous appartient pas, que se poser des questions vient d'un cerveau réflectif qui n'amène aucune réponse sur notre relation avec l'invisible.

    L'entité qui sème le doute dans la psyché se gave de l'énergie de l'expérience émotionnelle, privant l'ego de cette énergie pour ses besoins créatifs.

  • #3

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:54)

    3) Bernard : Le doute ne se détruit que par la souffrance interne qui est causée par la dualité dans le mental de l'être humain.

    Mimi :
    Lorsque l’individu arrive à saturation complète entre ce qu’il pressent d’un côté et ce qu’il pense, qui l’oppose à son bien-être, par ce conflit qui le malmène, il finit par se donner les moyens, à travers l’étude, d’élucider cette scission en lui et mettre en action ce qui va le sortir de cette impasse douloureuse et aliénante.

    Edwige
    Le doute sera toujours subjectif, ainsi que la souffrance interne associée qui ne doit plus être psychologique mais réellement objective et vibratoire pour éliminer le doute dans la conscience.

    L'écœurement de la souffrance du doute est un puissant levier qui amène l'égo à développer sa volonté personnelle pour le sortir des conditionnements voire addictions au doute.

  • #4

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:55)

    4) Bernard : Le doute c'est le conflit en vous, c'est la séparation entre votre esprit et l'esprit universel.

    Mimi :
    L’être humain se sent sécure tant qu’il est dans la rationalité de sa « réalité », que lui procure sa réflexion conditionnée. Mais dès lors qu’il commence à être confronté à une autre « réalité » que la sienne, touchant à des lois plus « cosmiques » qui ne vont plus dans son sens, là il se sent ébranlé. C’est en opposant ces deux univers, qu’il lutte pour tenter de se positionner entre ses repères, ses valeurs et croyances d’un côté et l’appel d’un inconnu ouvrant sur l’infini de sa personne de l’autre.

    Edwige
    Le doute est le reflet de notre météo interne, c'est notre dualité, polarité, recherche du vrai/faux, c'est un frein à la communication télépathique avec notre double

    L'entrée dans le processus initiatique fait s'effondrer les formatages de l'ego qui se conscientise. Il devient insécure pendant le temps de sa métamorphose et d'ajustement à sa nouvelle énergie. Le passage du plan mental inférieur au plan mental supérieur est loin d'être une sinécure mais il est sait qu'une lumière se trouve au bout du tunnel.

  • #5

    MIMI (samedi, 27 février 2021 05:55)

    5) Bernard : Le doute c'est la polarité de votre esprit crée par vos émotions et vos pensées personnelle.

    Mimi :
    Ballotage interne troublant l’individu, prit ente se laisser porter par les miasmes et remous d’une complaisance émotionnelle ou se « raisonner » pour prendre de la distance par la réflexion.

    Edwige
    Le doute c'est une perversion du moi inférieur manipulé par les entités qui ont mainmise sur nos émotions et notre cerveau basique primitif.

    L'ego n'en finit pas de tergiverser en va et vient entre ses deux parties de lui, qui tentent de se séparer l'une de l'autre, comprendre que tout est vibratoire pour en finir avec son intellect réflectif.

  • #6

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:56)

    6) Bernard : Le doute c’est le combat entre ce qui est et ce que vous aimeriez qui soit, il faut que vous le viviez.

    Mimi :
    Se satisfaire en se défendant avant tout lui-même, l’égo ramène à lui le savoir, en l’arrangeant à sa façon pour le faire coïncider avec ses propres références et interprétations, jusqu’à en arriver à se « donner bonne conscience ». Jusqu’au jour où, l’individu finit par admette et reconnaître l’échappatoire qui se joue en lui-même, à privilégier et préserver son égo plutôt que d'entamer un lâcher prise le menant à une transmutation de sa conscience, auquel l’invite le réel de ce qui est, dans ce qu’il est.

    Edwige
    Le doute est à traverser et à expérimenter, comme toutes épreuves ou tests, pour nous acheminer vers notre autorité intérieure, là où aucun doute n'existe à part l'énergie de l'expérience du doute

    Lego use et abuse de tous les stratagèmes pour éviter les déconvenues de son narcissisme jusqu'à ce que sa "déchirure" devienne béante pour que l'instruction remonte d'un bloc ce qu'il croyait avoir oublié et n'en doute plus.

  • #7

    MIMI (samedi, 27 février 2021 05:57)

    7) Bernard : Le doute c'est très important dans la TRANSMUTATION du corps mental.

    Mimi :
    De manière plus ou moins conscientisée, à divers degrés, lorsque l’être humain se retrouve dans un état d’esprit troublé, qu’il reste dans la confusion qui engendre une « gênitude » en lui, perturbant son bien-être, il va par là même, faire appel à sa volonté pour comprendre ce qu’il se passe et comment en éliminer la cause. Pour aller plus loin, si le doute se fait le maître/roi des tentateurs/imposteurs, obligeant l’individu à faire émerger de sa confusion « la vérité » pour trouver un semblant de paix, il devient aussi l’instructeur par lequel l’individu va être en mesure de savoir s’en libérer en neutralisant en lui-même toutes paires d’opposés et tout ce que cela génèrent.

    Edwige
    La transmutation du corps mental est issue des énergies d'expériences du doute et des désillusions, souvent associées, qui déclenchent ce doute.

    L'âme, qui n'en peut plus de ses propres souffrances, va libérer l'ego en lui rendant son principe de volonté. Il agira ainsi sur ses conditions psychologiques subjectives pour objectiver vibratoirement son évènementiel avec discernement et lucidité.

  • #8

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:57)

    8) Bernard : Si vous souffrez du doute, c'est parce que vous vous attachez mentalement et émotivement aux pensées formes qui passent dans votre esprit.

    Mimi :
    Tant que l’être humain accorde tout son crédit et attention aux pensées/émotions qui le traversent et auxquels il s’identifie, cela devient « sa réalité ». Mais dès lors que l’individu se trouve confronté à ce que l’existence lui met d’expériences sur sa route pour l’amener à voir des aspects contraires à ses repères, là le doute en lui, va s’infiltrer.

    Edwige
    La souffrance du doute est une sorte de deuil faussement induit par des pensées qui broient les illusions de l'ego, créant un vide à la place.

    Les leurres pensées/émotions sont des illusions nourrissant désirs et obsessions de l'ego. Lorsque cet ego n'est toujours pas satisfait, l'énergie du doute nourrira les entités qui ont créé le cercle maudit pensées/émotions

  • #9

    MIMI (samedi, 27 février 2021 05:58)

    9) Bernard : Le doute c'est directement lié à la destruction des formes.

    MIMI :
    Au fur et à mesure que l’individu déracine en lui toutes les dualités en lien directes ou indirectes avec toutes les apparences qui le poussent à trier et se positionner entre le vrai et le faux, le bon le mauvais… en dedans ou en dehors de lui-même, peu à peu les doutes se neutralisent et disparaissent. L’individu n’étant plus soumis aux influences contradictoires, poursuit en « résonnance du raisonnant » de la vibration qui est alors en lui et pour lui, sa seule guidance.

    Edwige
    Cette destruction est la chute de l'édifice crée par nos illusions spirituelles qui ont nourris rêves et espoirs irréels.

    L'individu qui sort des influences et impressions extérieures fait tomber sa tour de Babel pour renaître de ses cendres aussi souple qu'un roseau et non rigide comme chêne.

  • #10

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:58)

    10) Bernard : Nous autres les hommes, notre plus grand problème est de se prendre au sérieux, c'est notre plus grand problème, c'est justement pourquoi on souffre du doute.

    MIMI :
    Nous avons tous eu tendance à prendre pour argent comptant et avec attachement, tout ce qu’il se passe et pense dans nos têtes et à « croire » que cela vient de soi, tout en les assimilant de nos propres conclusions. Mais aussitôt que quelqu’un ou quelque chose vient saper ces bases et repères, le doute et son incertitude, apparaît.

    Edwige
    Se prendre au sérieux est une faille extraordinaire pour les entités qui s'engouffre dans nos vulnérabilités les plus vives et génèrent du doute sur nous-même.

    La croyance est un engramme spirituel tellement puissant que lorsque nous tombons de l'armoire aux illusions nous vivons un deuil de ces croyances jusqu'à ce qu'il faille tomber suffisamment souvent pour déloger ces mémoires intrusives et toxiques pour notre MOI interne.
    Le vide que laisse l'absence de croyances peut être comblé par le doute qui lui aussi devra subir ses désillusions, pour laisser place à une réelle autorité intérieure.

  • #11

    Edwige (samedi, 27 février 2021 05:59)

    BDM/PE 066 LE POINT D'INTERCEPTION - LE DOUTE

    11) Bernard : C'est à travers le doute que l'homme trouve la stabilité de sa conscience il en arrive à découvrir la certitude de son mental.

    Mimi :
    Par un travail ardu et progressif d’élimination du doute, l’être humain peut tirer profit depuis toutes les confusions, contradictions et incohérences par lesquelles il a eu à passer, qui l’auront tant déstabilisées, dissociées de lui-même, infectées / affectées. C'est ainsi que le doute, peu à peu élucidé puis évincé, finit par laisser sa place à un équilibre ancré dans une entière sécurité, qui en lui-même, devient sa « centricité ».

    Edwige
    L'énergie de l'expérience du doute est un levier pour équilibrer sa conscience dans le discernement et la lucidité qui développe la certitude dans le mental supérieur.

    L'expérience du doute donne avantage à exploiter l'énergie du doute pour plus d'équilibre dans ses 3 cerveaux intuitif/rationnel/émotif.

  • #12

    Edwige (samedi, 27 février 2021 06:00)

    12) Bernard : Le doute permet à l'homme de réaliser jusqu'à quel point il est inefficace psychiquement donc psychologiquement qui se traduit par une souffrance.

    Mimi :
    Le doute peut se révéler à la fois entrave et/ou outil, il a un double rôle. Lorsque l’être humain en arrive à se voir confronter entre ce qu’il sait en théorie, mais non encore intégré d’une part et la reconnaissance de ses limites dans ses capacités d’autres parts, toutes sortes de pensées émotionnées, peuvent se soulever, telles que de la culpabilité, la crainte, la colère... A cette dichotomie, vient se rajouter un insupportable et douloureux sentiment d’impuissance à unifier et harmoniser son état intérieur.

    Edwige
    Le doute fait voir à l'ego une part inachevée et souffrante de lui-même qui lui permettrait avec de la volonté de devenir créatif

    Le doute à une fonction de reset vers une conscience aboutie, lorsqu'il aura vaincu la dualité entre la raison et la réflexion subjective de l'intellect contre des entités qui projettent sur nous leurs états d'âmes émotionnels, nous faisant ainsi croire que nous sommes ce qu'elles sont, pour nous entraver dans notre puissance à rester droit dans nos bottes.

  • #13

    MIMI (samedi, 27 février 2021 06:01)

    13) Bernard : C'est au niveau du doute que nous pouvons dire que l'homme est créature sur la terre et non un créateur.

    Mimi :
    Tant que l’individu vit du doute, il reste soumis à des influences, des références / interférences issues de forces extérieures à lui, qui le manipulent. Dépossédé ainsi de lui-même, de ses propres et libres commandes, il n’est pas en mesure de créer selon SA propre volonté, mais demeure la proie d’entités qui l’utilisent comme créature à leurs profits, dont il dépend.

    Edwige
    Le doute est rattaché à une fonction du cerveau primitif animal qui le rend soumis aux éléments extérieurs, au lieu de soumettre à lui-même ces éléments.

    Les parasites de la conscience sont nombreux à s'inviter au festin royal de l'énergie du doute. L'ego, devant se contenter des restes, aura du mal à réunir ses forces pour sentir l'énergie souterraine de l'âme dont il aurait besoin pour déployer sa volonté.

  • #14

    Edwige (samedi, 27 février 2021 06:02)

    14) Bernard : Si on me demandait "mais quel est le but final pour l'homme sur une planète expérimentale", je dirais "c'est de ne plus avoir de doute".

    Mimi :
    Le jour où l’être humain ne sera plus soumis à la moindre influence de doute, c’est qu’il aura traversé et maîtrisé en lui toutes les forces qui l’auront maintenues prisonnier de lui-même. Cela signifie qu’il aura été confronté et testé de l’intérieur comme de l’extérieur. C’est à partir de ce moment-là seulement, qu’il rentrera dans sa pleine autorité. Il saura désormais qui il est. Il incarnera l’Homme Libre, l’Homme créateur, l’Homme nouveau.

    Edwige
    Ne plus douter c'est comme arriver à bon port après une longue marche vers sa source primordiale…

    L'ego doit passer par beaucoup d'épreuves avant de sortir de la pesanteur du doute et entrer dans sa réelle identité, nourrit par l'énergie créative de sa contrepartie éthérique dans le cosmos.

  • #15

    MIMI (samedi, 27 février 2021 06:02)

    15) Bernard : A partir du moment où l'homme n'a plus de doute dans sa conscience, il n'est plus réfractaire aux mouvements psychiques aux mouvements vibratoire d'une Intelligence supérieure qui fait partie d'une autre dimension.

    Mimi :
    Quand l’être humain aura définitivement éliminé en lui-même, toutes traces de doute et l’ampleur de toutes ses ramifications, alors toute la place qu’il occupait dans sa psyché se rend libre et disponible pour laisser pénétrer de nouvelles informations émanant de plans supérieurs, éclairant et élevant sa conscience.

    Edwige
    L'absence de doute rend fluide toute communication avec le double éthérique

    L'ego matériel, débarrassé de l'astralité du doute, va débloquer ces centres psychiques pour laisser passer l'énergie du double. Celui-ci vient à lui parce qu'il est maintenant fin prêt aux échanges télépathiques.

  • #16

    Edwige (samedi, 27 février 2021 06:06)

    16) Bernard : Donc vous avez le mental supérieur et le mental inférieur, là où ces points se rencontrent, c'est le doute.

    Mimi :
    La mise en relation, la jonction du haut et du bas, de l’éther à la matière, crée une friction en l’être humain qui se fait doute. Le doute se définit comme étant le « réacteur et agent de liaison », qui passe par sa centrale, de laquelle peut et doit se libérer toutes les résistances qui obstruent le passage d’une libre circulation et pénétration entre la source du monde invisible avec le monde matière.

    Edwige
    Dans l'intersection de ces deux parties de l'ego il y a un passage qu'on appelle discernement qui permet de ne plus laisser le doute bloquer le chemin vers son double.

    L'ego qui perd les béquilles de ses anciens formatages et conditionnements traverse le doute de pouvoir s'en passer pour continuer sa misérable existence. Or ce ne sont que des craintes et peurs de l'ego, mémoires anciennes qui devront s'effondrer pour laisser le passage à son autre moitié qui veut communiquer avec lui.

  • #17

    MIMI (samedi, 27 février 2021 06:07)

    17) Bernard : Le jour où le doute disparaît de la conscience humaine, il y a fusion c'est à dire que l'identité de l'homme est totalement stabilisée.

    Mimi :
    Lorsque l’être humain est parvenu à se délester de toutes les emprises intérieures et extérieures infligés par le doute, l’individu (re)devient un être global, complet. L’égo, l’âme et l’esprit ne font plus qu’un. L’individu n’est plus planétaire, sa conscience est centrique et universelle.

    Edwige
    La fusion, ou électrification de l'âme, survient lorsque toutes les parties éparses de l'humain sont réunies, que les mémoires d'expériences ont disparues pour laisser les énergies d'expérience élever l'humain au sommet de sa conscience.

    La libération du poids des entraves à l'évolution amène l'ego à ramper jusqu'à son mental supérieur. Connecté à son double un long et lourd travail initiatique s'enclenche vers le stade fusionnel programmé pour lui dans cette vie ou une autre.

  • #18

    Edwige (samedi, 27 février 2021 06:09)

    18) Bernard : C'est à travers l'expérience du doute que l'homme réalisera jusqu'à quel point il est prêt ou loin de lui-même.

    Mimi :
    C’est à la confrontation avec le doute en lui, que l’homme va être en mesure de savoir s’il se possède lui-même, si c’est sa volonté décisionnelle qui domine et l’emporte sur les forces en présences, ou bien s’il se laisse posséder et manipuler encore par des entités intérieures ou extérieures à lui-même.

    Edwige
    La distance illusoire entre soi et sa contrepartie cosmique s'évanouie lorsqu'on ne doute plus de sa capacité à contacter son double.

    L'ego aura une juste mesure de ses capacités vibratoire lorsqu'il aura passé l'épreuve du feu du doute le faisant osciller entre la certitude et l'incertitude d'être dominant ou dominé.

  • #19

    MIMI (samedi, 27 février 2021 06:09)

    BDM/DM: 67 LES MÉCANISMES DU DOUTE

    19) Bernard : Le doute existe chez l'être humain parce que l'homme vit par rapport à des forces extérieures à lui-même... TOUT ce qui est extérieur à l'homme ne délivre pas.

    Mimi :
    Tant que l’individu n’est pas conscient de lui-même, de son propre fonctionnement ni de celui qui gouverne ce monde, il se laisse porter et définir par des forces qui le « programment et le télécommandent » à distance, en agissant à travers lui, à son insu. Cependant une part de lui-même SAIT, a toujours su et crée en lui un dilemme, en arrière-plan, un arrière-goût de savoir face aux incohérences, face à ce monde. Ce qui lui vaut tôt ou tard de retrouver sciemment ce savoir pour réaliser combien les êtres et les choses n’ont eu de réelles importances qu’à la mesure où il aura été soumis à leurs en accorder. De même que rien ni personne en dehors de lui -même, ne peut l’aider, le délivrer.

    Edwige
    Le doute s'immisce en soi lorsque nous remettons nos pouvoirs aux mains d'autrui qui, en fait, n'est jamais dans la réciprocité mis dans l'égocentricité.

    L'ego ne peut sortir de son assujettissement aux entités diverse et variées qui le chevauche, qu'en retrouvant son savoir de jadis. Celui-ci est enfoui dans l'instruction, "descendue" par une source sans mémoire ni ego, donc fiable et infinie, pour se libérer d'une emprise en allant plus loin dans la créativité de sa propre parole.

  • #20

    Edwige (samedi, 27 février 2021 06:10)

    GENÈSE DU RÉEL 06 - DU DOUTE ET DE LA CROYANCE

    20) Bernard : Le doute est une forme de chaine psychologique créée par des pensées qui n’appartiennent pas à l’homme conscient, qui ne viennent pas de lui, mais passent par lui à son insu.

    Mimi : Le doute draine et répand avec lui tout son cortège de pensées et d’émotions contradictoires, qu’il injecte, infiltre dans l’individu qui se trouve ainsi prit et enrubanné dans son filet.

    Edwige
    Le doute est une matière virtuelle sous forme de pensées qui utilisent l'énergie du doute comme moteur ou carburant pour se déplacer.

    Le doute est également une colle qui bouche les centres psychiques empêchant l'énergie créatrice du double de circuler librement.

  • #21

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 01:58)

    Mimi
    Il semblerait que plus l’égo se trouve en voie de transmutation de sa conscience, plus l’entité du doute va s’acharner et frapper fort dans la psyché de l’individu, jusqu’à tenter en vain, de faire barrage au fluide énergétique qui s’écoule et circule de plus en plus librement dans le mental de l’égo.

    Edwige
    Les débuts du processus initiatique sont des périodes de grande vulnérabilité pour l'ego. Il se voit démuni de ses béquilles, souffre de multiples symptômes associés à l'éveil des centres psychiques, véritables failles dans lesquelles s'engouffrent toutes sortent de parasites qui récupèrent à leur compte les énergies de transmutations. A ce stade il peut y avoir fusion astro-lunaire si l'ego se laisse impressionner ou magnétiser par ces entités qui le talonne.

  • #22

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:00)

    Mimi
    L’égo ne réalise pas à quel point il offre de son temps et de son énergie, tout en se laissant distraire et manipuler par une force qui le vampirisme.

    Edwige
    L'ego inconscient et immature est trop aveuglé par ses formatages et conditionnements pour voir qu'il est pris et joue dans la cour de ses ennemis.

  • #23

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:00)

    Mimi
    Lorsque l’égo est fin prêt, avertit et dans sa conscience, en écoute de sa vibration, cela rendra bien difficile à l’entité du doute de pouvoir encore le piéger, le dominer, le déstabiliser ou l’affecter, car l’individu renforcé dans sa volonté et autorité, saura aussitôt le repérer puis l’éjecter, si d’aventures le doute tentait encore son intrusion.

    Edwige
    Repérer puis éjecter l'entité qui génère du doute chez l'ego est un gros chantier entrepris avec son détective intérieur. Il saura repérer les mécanismes émotionnels qui se connectent a de vielles mémoires utilisées par ces entités pour créer du doute et de la souffrance. Car bien souvent le doute n'a pas de lien avec l'évènement présent mais avec des vielles expériences enfouies dans le sac mémoriel animique.

  • #24

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:01)

    Mimi
    Quel meilleur moyen pour un individu que de "savoir" pour pouvoir être en mesure d’affronter et confronter progressivement tout ce qui en lui le pousse encore à douter. Lorsque sa nouvelle science l’éclaire sur tout ce qui n’est pas réel et n’a plus lieu d’être, peu à peu, tout se dévoile, il sait… que c’est seulement au prix de ce qu’il est prêt à payer de lui-même, que dépendra sa liberté.

    Edwige
    Notre savoir, enfoui dans l'atome de nos cellules, rejailli par la vibration de la source, elle-même enfouie dans l'instruction. Par le biai de l'instruction et de son étude mentale nous remontons à la surface ce qui est accessible à notre compréhension dans le temps d'aujourd'hui, non du passé. Si dans le passé, avant la rupture avec notre source, nous avions tout compris de cette instruction, jamais il n'y aurait eu de rupture… nous n'aurions pas laissé les forces lucifériennes et sataniques faire de l'humain un jouet des forces astrales. Aujourd'hui l'ego en évolution est prêt à confronter ses "sombritudes" pour retrouver sa liberté de jadis.

  • #25

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:02)

    Mimi
    La délivrance est au bout de toutes réflexions. La vibration étant la seule et réelle communication. Avant que le verbe ne s’en revêt à la perfection, cela prend le temps d’apprendre à l’habiller au plus près et au plus juste de sa ressemblance. Cela nécessite de la patience pour le passage, le transfert progressif de conscience, passant des réseaux de connexion du plan mental inférieur au mental supérieur, qui peu à peu prendra définitivement le relais.

    Edwige
    Les circuits neuronaux, véritables autoroutes vers les plans universels, font œuvre de dynamo qui pousse l'ancien ego vers une vision plus objective du réel. La réflexion de l'intellect ne sert plus, mais la lumière est au bout du tunnel de la délivrance du mental supérieur. La communication télépathique avec le double est purement vibratoire, chaque ego éditera cette vibration sous forme de mots qui seront au plus proche de sa vibration personnelle qui, en fait, sera le miroir de son identité réelle.

  • #26

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:02)

    Mimi
    Tant que l’égo demeure dans son ignorance, il tourne sans cesse en rond et se complait malgré lui-même, dans les rouages d’entités. Lorsque la science du savoir se révèle à lui, alors que l’égo peut enfin se conscientiser, il n’en demeure pas moins que la partie n’est pas encore gagnée. Cependant si l’individu est prêt, le savoir devient pour lui le choc qui va peut-être lui permettre de le secouer et par sa volonté, pas à pas de s’affranchir des forces anti-hommes repérées. Cela ne pourra être sans douleurs pour l’égo qui veut retrouver et reprendre sa liberté, dont le doute, entre autres, l’a détourné.

    Edwige
    L'ignorance a été le lot de perdition de tous les egos qui ont couru après la "connaissance". Lorsqu'il fait la différence entre "connaissance" et "savoir" il s'aperçoit que ce qui n'est pas gagné c'est la perte sèche et l'oubli qu'il doit subir pendant son initiation. Le savoir se dévoile peut à peu par résonnance avec ce qu'il sait déjà, le choc est dur à encaisser car le: "si j'avais su" devient récurrent… Il ne savait pas qu'il savait car, comment les puissances anti-hommes auraient fait ce pourquoi elles sont faites? … Si on avait dit à l'homme que son expérience sur terre servirait à produire de "l'énergie d'expériences" il en aurait douté et refusé ces expériences… d'où l'oubli de sa programmation à sa venue sur terre. Reprendre sa liberté se fait en souffrance également, cette énergie est nécessaire pour la fusion matière/éther ou ego terrestre/égo éthérique.

  • #27

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:03)

    Mimi
    Lorsque le savoir vient éclairer la conscience de l’égo saturé de ses expériences, il use alors de sa volonté et de sa science pour tout objectiver. A cette fin, plutôt que d’analyser, la réflexion peu à peu est remplacée par une écoute, cette écoute lui transmet une énergie qui va faire vibrer par résonnance de l’information. Par son discernement, l’égo va savoir de mieux en mieux la filtrer et l’adapter à sa parole.

    Edwige
    L'ego ne devient ce qu'il est que par la force de son principe de "volonté", une énergie déclenchée par la souffrance de l'âme arrivée également à saturation d'expériences. Cette énergie de volonté sortira le duo âme/ego des illusions de leurs mémoires d'expériences, ou souvenirs, pour transmuter les énergies accumulées en énergies éligibles à une fusion avec le cerveau et le double éthérique. Pour que la communication télépathique soit durablement établie, c'est en aiguisant l'intuition de l'âme avec le discernement et la lucidité de l'ego que les informations descendues seront vibratoires, exemptes de tous miasmes parasitaires, fidèles à sa propre parole, sans ego ni mémoire.

  • #28

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:03)

    Mimi
    Le doute, en tant qu’entité, fait office de trou comblé dans l’espace mental tant que l’égo ignorant et naïf encore illusionné « se croit vivant » parce qu’il pense et a des émotions, quand bien même il peut en souffrir, même à son insu. Aussi longtemps que l’individu ne réalise pas combien il est berné, il entretiendra le cercle vicieux, dominant/dominé. C’est seulement par le savoir, qu’un jour le processus peut et devra commencer pour l’égo, à s’inverser.

    Edwige
    La souffrance, bien que peu désirée, est le moteur de toute existence, selon l'adage que "quand tout va mal, ça va bien"… c'est à ce moment-là qu'un travail vibratoire se fait à l'insu de l'ego et non quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… La duperie du cercle vicieux, "dominant/dominé" vient part de l'ego qui vit sa souffrance émotionnellement, subjectivement et psychologiquement au lieu de la vivre objectivement et vibratoirement. Son savoir originel, remonté en surface par l'instruction, viendra rafraichir cette mémoire primitive pour entamer l'inversion = objectivité au lieu de subjectivité, ou vibratoire au lieu de psychologique.

  • #29

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:04)

    Mimi
    Si le savoir révélé à l’égo peut lui créer un choc dans un premier temps, cela va par la suite être sa source de délivrance. Se délestant peu à peu de tout ce qui l’a contraint et conditionné, tant en son monde intérieur que les mondes visible et invisible. L’individu rentre en contact avec le plan universel, qui le rend libre de toutes contingences, sachant discerner le Réel de la vibration derrière les formes, tout en sachant s’adapter, si besoin… pour la bonne cause, à ce qui ne l’est pas.

    Edwige
    L'ego qui sort de sa naïveté crasse est programmé pour encaisser le choc de l'énergie supramentale qui va le sortir de son anesthésie mentale. Cependant il ne sera épargné d'aucunes souffrances afférentes, ces souffrances-là étant devenues compréhensibles vibratoirement. Un gros élagage relationnel va l'amener à une solitude salvatrice, puis à une rencontre avec des personnes sur la même longueur d'onde, avec des agendas évolutifs identiques. Ce qui est vite dit peut prendre des mois, des années plusieurs vies pour intégrer le processus, franchir la frontière entre le réel dans la matière et l'occulte de l'éther puis jongler avec une part de lui restée malgré lui dans un monde à 90% ignorant et involué.

  • #30

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:05)

    Mimi
    Incalculable est le nombre de « clics et de claques » en tous genres par lesquels peut passer et expérimenter l’être humain non conscientisé. Combien de douleurs l’individu est apte à endurer avant que l’âme ne se dépoussière de ses mémoires, reprenant vie à travers son égo qui retrouve sa volonté éclairée !

    Edwige
    Depuis des éons de temps les âmes et les egos ont alimenté, dans les trous noirs du cosmos, une colossale masse de mémoires d'expériences humaines, ou bibliothèque universelle. En même temps, ils ont alimenté également une colossale masse d'énergies d'expériences, pour les architectes bâtisseurs des mondes universels, qui gardent une cohésion dans la structure de l'univers en expansion continue. Cette gigantesque sphère d'énergies cosmiques dans laquelle nous baignons tous est notre "réelle" matrice. Ce n'est que lorsque l'humanité entière aura compris les desseins de la source primordiale qu'il retournera à elle, enrichi et fusionné avec 3 de ses premiers principes : Volonté, Intelligence, Amour.

  • #31

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:05)

    Mimi
    Avec tous ses revers aux multiples confusions, le doute invite tôt ou tard l’égo à rassembler tous les morceaux, remettre de l’ordre dans ce qu’il se plaît à creuser et opposer. L’égo en arrive à une « synthèse ». Synthèse obtenue par l’appel en lui à une intelligence neutre, objective et qui lui procure un sentiment d’équilibre, de justesse dans sa conclusion. De la confusion mentale semée par le doute, naît la fusion venue du plan éthérique.

    Edwige
    La fin du doute peut conduire sur une antithèse éthérisée détachée de toutes mémoires ou de connaissances anciennes.

  • #32

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:06)

    Mimi
    Lorsque l’individu se verra traversé par un mental objectivé, dépollué, que la vibration prendra place sur son mental réflectif, l’égo n’aura plus à souffrir du moindre doute. Il sera totalement centrique.

    Edwige
    Un ego parfaitement enraciné dans son centre et son autorité intérieure à éradiqué définitivement le doute, il est habité par la certitude du savoir.

  • #33

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:07)

    Mimi
    Une dose certaine de déboires, de déconvenues, d’épuisements tant physique que moral en lien direct avec le doute, aura profité à la vaste pièce expérimentale de ce monde, en passant par l’individu. Faut-il en arriver jusqu’ à ce que l’égo soit en rage pour aller puiser en ses ressources la force de ne plus subir, pour que par sa colère, à coups de volonté, en arrive à mettre fin à son saccage.

    Edwige
    Le doute, avec son énergie abrasive, burine l'ego jusqu'à transparence totale de son discernement.

  • #34

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:07)

    Mimi
    Quel que soit le temps que cela peut prendre et ce qu’il en coûtera …Parce qu’il devient un jour essentiel et indispensable à l’individu qui n’en pourra plus de subir, de souffrir, il lui faudra le savoir, et comprendre ainsi tout ce qui lui a été caché, que sa course et sa lutte contre toutes sortes de limitations doivent cesser, le doute comme toutes autres entraves doit et sera annihilé, dépassé, transmuté. L’homme doit reprendre et reprendra tôt ou tard tout ce qui lui a été volé. A commencer par son autorité.

    Edwige
    La tombée du voile sur le mensonge cosmique ouvre l'ego a une compréhension du réel derrière ce voile. Ça n'est pas pour autant qu'il encaissera facilement ses naïvetés et croyances de jadis… La guérison des blessures infligées au corps émotionnel astral prendra du temps pour passer à un autre courant d'énergies et vivre autrement.

  • #35

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:08)

    Mimi
    La facilité de communication avec le double éthérique est la conséquence d’un égo qui est parvenu à dominer et déloger l’entité du doute.

    Edwige
    L'ego devenu transparent est éligible au contact télépathique avec son double, il a su distinguer les parasites et autres interférences entre lui et son jumeau dans l'éther.

  • #36

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:08)

    Mimi
    Lorsque l’égo rentre dans le savoir et qu’ensuite il est en mesure de faire face à l’entité démystifié du doute, il le perçoit alors tel un fantôme, un pantin qui peu à peu se désarticule dans sa psyché, et si celui-ci se représente, il continuera de se démantibuler. L’entité prend ou pas alors le risque de retenter sa chance, présageant pour lui, sa liquéfaction programmée. C’est alors que débarrassé de cet intrus, l’individu se rend plus ouvert et disponible pour un dialogue en étroite relation vibratoire avec son double éthérique.

    Edwige
    L'ego débarrassé de l'intrusion du doute utilisera l'énergie de ce doute pour rendre ses communications doublement créatives.

  • #37

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:09)

    Mimi
    Un bien long et douloureux parcours avant que l’individu ne puisse mener et gérer son existence depuis son mental supérieur et que le double éthérique rentre peu à peu, par petites touches, en contact avec le mental supérieur de l’égo. C’est ensuite à l’épreuve du double éthérique que l’égo va être testé, selon son plan de vie et du parcours effectué, et l’égo de son côté, conscient de la présence du double, mais non encore conscient de sa parole et de son action sur lui, continue dans sa volonté toujours plus forte et plus poussée pour hisser son oreille interne et capter la fréquence vibratoire cellulaire dans l’information que le double peut faire descendre jusqu’à sa conscience. Cela aussi longtemps que nécessaire pour permettre un jour le contact fluide, ouvert et fusionné entre l’égo et son double.

    Edwige
    L'initiation solaire est un véritable parcours du combattant pour l'ego. Une épreuve du feu pour comprendre ce qui se joue en lui, depuis la sphère éthérique, où sa contrepartie ne cesse de forer le tunnel d'accès à son plan mental pour devenir complet.

  • #38

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:10)

    Mimi
    Nul autre moyen à l’égo, pour pouvoir un jour se re-connaître en tant qu’être libre, dans son identité/autorité/centricité, que de passer l’épreuve du feu du doute auquel le double l’aura préparé.

    Edwige
    L'épreuve du feu est indispensable pour brûler les mémoires karmiques qui imposent des réincarnations à n'en plus finir… car un jour il faut que ça s'arrête…

  • #39

    Mimi (mardi, 02 mars 2021 02:10)

    Mimi
    L’individu ayant accès à cette science du savoir, si récemment délivrée par l’être Humain, pour l’être humain en devenir, permet désormais à l’égo qui est prêt, de s’affranchir étape par étape de tous les faux pouvoirs intérieurs/extérieurs à lui-même, lui permettant de passer de sa misérable petitesse à laquelle il a été soumis et réduit, à la puissance et liberté réelle de son identité originelle.

    Edwige
    Sortir de sa chrysalide et aussi difficile que vivre des moments de solitude, seule façon de ne subir aucune influence pour devenir "réellement" soi.

  • #40

    Edwige (mardi, 02 mars 2021 02:11)

    Mimi
    Tant que l’égo ignorera les multiples impacts et conséquences néfastes de l’entité du doute sur lui, il ne lui sera pas possible d’accéder à un libre échange avec son double.

    Edwige
    Douter de l'existence de sa contrepartie cosmique revient à nier cette existence et se priver de tout contact avec l'intelligence créatrice de son énergie

  • #41

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:13)

    1) D’où toute l’importance du savoir, afin d’être en reconnaissance naturelle et permanente du processus en cours en traversant ce cap initiatique avec la lucidité d'une pleine conscience. Arrivée là, les moindres subtilités sont cellulairement perçues dans l’égo avertit de son mental, devenant autant d’alertes en guise d’e (r)appels à la vigilance. Tôt ou tard, arrive ce moment pour l’individu où il ne lui est plus possible de se laisser impressionner ou dominer par des forces invisibles qui se sont incruster en lui à son insu, où le temps n’est plus de se laisser vider, volé, violé dans ses propres énergies tout en étant détourné de son identité par des intrus depuis bien trop longtemps. C’est par le renforcement effectué au fil du temps de sa volonté réinvestit et de sa propre autorité réhabilitée que l’individu en arrive à se délivrer définitivement du doute.

  • #42

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:15)

    2) C’est ainsi que peut et pourra se perpétrer ce cercle vicieux et infernal du mensonge cosmique. Dans cette « normalité » banalisée généralisée, admise, entretenue, cautionnée, acceptée et redemandée par l’être humain abusé et soumit. Avant l’heure, rien ni personne en dehors de l’égo lui-même, ne pourra y faire pour se substituer à la souffrance par laquelle il doit ou devra passer, avant qu’il n’en arriver un jour au savoir, qui nécessitera un travail de réajustement sur sa personne avant qu’il ne soit en mesure de récupérer sa liberté.

  • #43

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:18)

    3) A l’image d’un processus informatique, tout au long d’une existence, chaque situation appropriée à activer un « doute » dans la psyché de l’individu, le programme s’enclenche en mode automatique, les données : pensées / émotions / réactions en lui, se déclenche. Selon la « trame » de l’égo, quelque soit où en est son avancée dans le temps, se relance en lui les mêmes symptômes rituels mécanique. Seule l’intensité varie selon la progression, selon la puissance du programme en action de chaque égo. Sans l’intervention d’une intelligence « humaine », au savoir volontaire pour modifier, nettoyer, éjecter et neutraliser le disque dur où se loge le «virus du doute », celui-ci pourrait perdurer indéfiniment. Autant de déclinaisons possibles peuvent s’appliquer non seulement pour « le doute » mais à toutes ses autres gammes « d’entités mémorielles » parasitant et interférant l’égo.

  • #44

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:20)

    4) L’Etre Libre créateur, l’Etre de lumière sommeille dans chaque particule, chaque atome du corps de chair, en tout individu. Celui-ci étant réduit au rang d’esclave et de garde-manger depuis sa descente dans la matière, aux profits de créatures qui l’ont piégé et emprisonné doit tôt ou tard cesser. Arrive et arrivera alors ce temps pour chaque individu, où le savoir qui lui avait été retiré, lui est restitué au fil du temps où son mental est prêt à recevoir l’énergie, en capacité d’appréhender la dimensionnalité de son Etre, depuis les plans les plus éthérés jusqu’au plan de la matière. Par l’instruction, il peut et doit un jour remonter à sa source originelle, par un travail sur lui-même que l’égo a ou aura à mener. C’est en cela que son évolution le prépare, à franchir chacune des étapes à travers le temps, dans une conscience dont le savoir toujours plus vibrant accompagne l’égo de plus en plus éclairée à se retrouver.

  • #45

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:23)

    5) Se rendre à la vibration du double pour en arriver à la vibration de son Etreté représente et nécessite une refonte et réorientation complète des structures mêmes qui composent l’égo planétaire. Ce n’est seulement que lorsque celui-ci est prêt qu’un échange télépathique peut s’opérer entre l’égo et son double, au fur et à mesure que celui-ci est en mesure d’en supporter l’intensité vibratoire qui le traverse, entamant ainsi progressivement, jusqu’à la fusion, la (re)connexion à lui-même, dans sa programmation, durant le temps impartie prévu sur terre pour l’individu.

  • #46

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:26)

    6) Cette « fameuse connaissance » qui tient bel et bien en suspens tout son monde, sans jamais pouvoir offrir la moindre réelle substance nécessaire à une transmutation permettant de délivrer l’être de lui-même. Lorsque le savoir de son côté vient à faire trembler par delà le supportable un égo en effroi, ébranlé et frappé par surprise de remontées émotionnelles tétanisantes autant que « secouantes » jusque dans ses entrailles, aux vapeurs en lui encore insoupçonnées. Cela suffit et réussit à mettre l’égo en face de ce qui le maintient dans l’ignorance et qui lui incombe désormais de neutraliser en conscience. Il en va d’un tout autre monde que de naviguer dans les méandres des belles histoires travesties de toutes connaissances. L’être qui est prêt à intégrer sa science, engage dans sa continuité comme par évidence, une mise à distance avec toutes fioritures psycho-astrales dans lesquelles il s’ignorait et qui finit malgré lui, à ne plus pouvoir souffrir. Franchisant ces nouvelles étapes de conscience, l’individu se rend toujours plus apte à la vibration de son double éthéré et dans ce duo, tout ce qui entrave sa liberté, s’apprête à s’évaporer. C’est par autant de passages obligés que peut et doit un jour permettre l’individu de reprendre ses propres commandes le menant à re-intégrer son Etre originel, libre et complet.

  • #47

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:29)

    7) Plus l’individu voit clairement en lui les mécanismes opérant, sur tous les plans, plus il est en capacité de saisir l'opportunité de conjuguer savoir et volonté, passant peu à peu de l’irréel au réel. L’égo deviendra d’autant plus volontaire et dans son autorité qu’il aura traversé d’étapes en conscience. Par l’accumulation et l’usure qu’elles auront provoquées, il devient de plus en plus vibrant pour en reconnaître les formes et les pièges pour ne plus se laisser duper par « eux autres ». De même qu’à force d’observations et d’écoutes dans l’oublie de lui-même, l’égo fini par développer une sensibilité d’écoute vibratoire qui remplace peu à peu ses anciens mécanismes réflectifs.

  • #48

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:31)

    8) Toute la subtilité du savoir pour faire avec tant de clarté et de justesse la différence entre la souffrance psychologique subjective et la souffrance objective vibratoire. La souffrance non conscientisée reste pour l’individu un état d’être occasionnel et naturel, faisant partie de « sa vie ». Il fait avec, se laissant ainsi distraire en attendant que ça passe. Pour l’être en évolution la souffrance devient un moyen, une occasion à saisir pour se libérer d’une entité, d’un parasite, d’une manipulation qu’il est en train de subir. La conscientisation, l’objectivation de la souffrance permet à l’égo de faire face à des mémoires, ce qui lui permet de peu à peu de s’en dégager pour se rendre libre de toutes interférences tout en lui permettant ainsi de toujours mieux se conscientiser.

  • #49

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:33)

    9) Etape après étape, la souffrance restera, par définition, toujours douloureuse à vivre à supporter, à quelque niveau qu’elle soit. Cependant, combien elle prend un tout autre intérêt lorsqu’il s’agit de la subir en conscience pour mieux l’évincer. Quoiqu’on en dise, on ne peut que constater l’utilité de son rôle aussi longtemps que nécessaire, pour qu’au fil du temps elle finisse par secouer l’âme, la ralliant peu à peu, à son égo qui subit. Quand le mental supérieur vient sonner l’heure d’ajuster l’égo, un processus évolutif s’enclenche l’invitant à reconsidérer à la lumière de son savoir et en conscience, son monde intérieur. C’est en traversant et épurant la jungle de ses pensées /émotionnées, ou bien par ses traversées du désert que peu à peu, l’égo en transmutation de ses corps, en arrive à sa transparence. Dans le prolongement de son travail il peut poursuivre en relation avec d’autres personnes sur la même voie évolutive, leurs permettant des échanges génératifs d’Intelligences et œuvrer ainsi en cohésion au développement vibratoire de chacun, depuis le plan matière en lien avec le plan des éthers.

  • #50

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:36)

    10) Autrement dit, cette planète expérimentale serait elle unique en sont genre pour ainsi récolter autant de mémoires expérientielles, qui non seulement alimentent ce monde mais aussi le monde des morts, le monde astral que celui du monde des éthers. Ce dont tu fais ici références est ce en lien avec ce qui est nommé communément « les annales akashiques » ? ou « mémoires akashiques » ?
    Cela représente une si vaste et colossale réserve évolutive et créative, tant au niveau individuelle que collective, tout en baignant tous, en cohésion parfaite dans une relativité de temps et d’espace multidimensionnels. Jusqu‘au retour à la source cosmique originelle de tous, composée de chacune de ses parties fusionnées, réunies en Unité parfaite.

  • #51

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:37)

    11) La fin du doute peut laisser place à un vide, plein.

  • #52

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:39)

    12) Lorsque la centricité est devenue un état naturel et permanent d’Etre, le doute aura été définitivement dominé, maîtrisé. C’est à l’occasion d’un évènement que l’égo libéré, peut ou pourra éventuellement et tout naturellement observer et objectiver cet état de fait.

  • #53

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:40)

    13) Selon comment l’égo perçoit le doute, celui-ci peut se révéler aussi tailleur / polisseur de diamant de l’égo, tout comme sculpteur / aiguiseur : volonté / autorité / discernement.

  • #54

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:42)

    14) C’est à la mesure des dépendances et attachements à des valeurs et croyances que l’égo pâtit de ses souffrances que lui inflige sa programmation. Lorsque le voile du mensonge se défait à la face même de l’individu, il voit, il réalise au fil du temps, à quel point il est et a été piégé. Sans pour autant en amoindrir les chocs auxquels il a et aura à être confronter, mais avec la pleine conscience de sa volonté, il est prêt à reprendre la direction de son être, à partir du plan universel, où, il sait que son double le met en vibration à cet effet.

  • #55

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:44)

    15) Le libre échange vibratoire entre l’égo et son double marque la fin de toutes les dominances astrales par lesquelles l’individu aura dû faire face, maîtrisées et traversées, avec volonté et autorité.

  • #56

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:45)

    16) Lorsque le doute disparaît de l’espace psychique de l’égo, alors l’échange télépathique vibratoire, prend toute sa place et devient fluide et créatif entre l’individu et son double éthérique.

  • #57

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:48)

    17) Depuis le plan éthérique, l’égo est testé sur tous les plans, tout au long de son existence. Lorsque l’être humain est prêt pour une transmutation de conscience, il mène une lutte sans trêve contre toutes les entités et interférences dans ses pensées, qui le retiennent prisonnier de lui-même, lui bloquant l’accès du contact avec son double. De son côté, depuis le plan éthérique le double effectue peu à peu sa descente, se rapprochant par le plan mental pour un contact télépathique avec l’égo. Au fur et à mesure que la vibration du double lui parvient, de son côté l’individu se libère peu à peu de ses anciennes mémoires, le contact télépathique peut prendre « corps » entre l’égo et son double. Un nouvel équilibre s’établit peu à peu dans l’individu.

  • #58

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:50)

    18) Ultime étape à franchir pour l’égo en fin de cycle évolutif. Transmuter son « faux moi planétaire » pour renaître à sa réelle identité universelle, et par là même, ne peut plus être assujetissable aux lois astrales de réincarnations. C’est par le feu de l’initiation solaire auquel l’égo aura été préparé pour en supporter l’épreuve finale, qui permettra de libérer le cœur, le noyau d’âme, en brûlant et l’épurant à jamais de toutes ses mémoires dans lesquelles elle a été enfermée.

  • #59

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021 20:51)

    19) La métamorphose intérieure s’opère dans les tréfonds de la solitude, dans laquelle l’égo s’est « habitué ». Celle-ci prend fin lorsqu’il est temps pour l’individu d’expanser sa conscience par un savoir qui réclame en lui, un échange vibratoire auquel l’individu n’est pas entraîné.

  • #60

    Mimi (jeudi, 04 mars 2021)

    20) Douter du double revient à constater que l’égo n’est pas prêt et demeure encore dans l’inconscience de lui-même. Le temps pour lui n’est pas venu de faire le travail le menant à se retrouver en être libre. D’autres incarnations lui permettront de le mettre sur sa voie(x).

  • #61

    Edwige (samedi, 06 mars 2021 02:41)

    Quel que soit le degré d’évolution, surtout chez les personnes "en chemin", nous sommes tous sujets à de la manipulation occulte à travers nos proches, nos expériences, notre environnement etc… qui sèment en nous une large gamme de pensées, doutes, insécurités, isolement, questionnements recherches de vérité, besoins en tous genres etc.… Détricoter au scalpel ces processus de manipulations peut avoir du sens s’il aide l’ego involué à devenir conscient de ce qui se joue à travers lui, pour et contre lui… paradoxalement pour sa propre évolution.

    Le doute est une forme de chevauchement de l'esprit qui peut devenir vampirique lorsqu'il est pressé d'évoluer... c'est pour cela qu'il est glissant, c'est une forme de rapport psychique biaisé entre l'ego matériel et le double éthérique. Les obsessions subjectives des défauts ou des qualités sont de nature à révéler à l'égo terrestre sa non-polarité éthérique et que son double est sans qualité ni défaut…

    La bonne ou mauvaise personnalité qui doute vient d'un jugement polarisé des entités qui se nourrissent des énergies que génère le "mauvaise image de soi" et la peur à sa vue dans le miroir d'autrui… Seule la colère consciente, contrôlée, réellement dirigée contre les forces descendantes, nous fait maitriser notre vie. Cette saine colère permet d'évoluer contrairement aux autres types de colères astrales qui sont des énergies de travail, des outils qui développent notre volonté et permettent des pertes de couche d'inconscience comme on pelle un oignon, il y a un début à tout.

  • #62

    Edwige (samedi, 06 mars 2021 02:45)

    Se poser la question de savoir si on évolue ou pas, de "se savoir" ou de "se croire" INTELLIGENT, ou pas, est un doute qui vient d'un ego plus préoccupé à évoluer que vivre l'instant présent de sa vie… Peu importe la profondeur du chantier puisque cette évolution se fait à son insu… C'est une certitude du mental supérieur qui sait ce qui se passe dans toutes les polarités émotionnelles de l'ego, y compris son manque de neutralité quand il a le front trop près de sa souffrance et donc très loin de son centre, du réel en lui.

    Plus il y a d’intelligence chez une personne, plus elle doute d’elle-même... même si l’ego est pourvu d’une intelligence mécanique ses doutes persistants et maladifs sont un frein à l’évolution vers l’Intelligence… C’est une souffrance involutive de l’ego spirituel qui peut être conscient mais pas Intelligent.

    Caractère, personnalité, mémoire négative, positive… mise en contexte de ce doute a deux facettes qui est au centre des égos en évolution. Ce grand MOI egoïque, qui domine sa personnalité et son caractère à cause des limites de la puissance de son tempérament, génère ses propres doutes… Doutes qui sont une forme de chevauchement de l’esprit qui devient vampirique lorsqu’il est pressé d’évoluer. C’est un rapport psychique biaisé entre l’ego matériel et le jumeau éthérique. Ce doute-là corrompt la conscience, entretien la difficulté de l’ego à communiquer télépathiquement avec sa source ou à se poser constamment la question concernant la réalité de son contact avec le plan mental supérieur. Il fait partie également de l’assujettissement à l’expérience de l’âme et a l’astral de la conscience.

  • #63

    Edwige (samedi, 06 mars 2021 02:49)

    On peut éliminer le doute à partir du doute si on est conscient que douter n'est pas de notre fait mais celui de l'entité qui nous chevauche et nous parasite en projetant sur nous ses propres doutes. Ce doute-là détricote au scalpel le processus d’évolution de l’ego qui se conscientise et repère les tours de magie astrale dans les manipulations vampiriques contre lui, qui ne doit croire qu’en lui-même avec son discernement. En se rappelant que nous sommes sans qualité ni défauts nous pouvons, plus facile à dire qu'à faire, travailler à l'élimination des mémoires qui attirent les entités que nous fidélisons avec nos vibrations mémorielles.

    Ce doute-là, raisonnablement nécessaire et transitoire, peut participer au processus du nettoyage du mental qui précède et/ou accompagne une crise psychique ou "nuit noire de l’ego" pour l’amener à une Intelligence Supérieure…

    Moins il y a de doute, plus il y a d’intelligence est équivalent à une certitude du cerveau éthérique qui “sait” ce qui se passe dans toutes les polarités émotionnelles de l’ego, y compris son manque de neutralité quand il a le front trop près de sa souffrance du coup très loin de son centre ou du réel en lui.

    L'intégration des principes de la lumière vient à bout de nos programmations et nous fait comprendre comment ne plus fabriquer de mémoires, ni "fidéliser" les entités à l'affut de l'énergie émotionnelle inféodées à ces mémoires…

    Ne pas douter de cela est un pas de géant vers la porte d'entrée royale dans notre autorité.

    La polarité est en nous pas à l'extérieur de nous. En comprenant les lois de la forme, en réalisant que tout ce qui se passe dans notre tête c’est un jeu, on apprend à ne plus s'appesantir sur la dualité en nous.

    Il n'y a rien d'incompatible à vivre en constant déséquilibre, tout en observant l'équilibre qui s'installe peu à peu, au fil du processus de conscientisation. Dans ce déséquilibre on traverse le doute qui fait partie de la transmutation du corps mental inférieur et la souffrance du doute c’est le prix coutant TTC pour atteindre l'équilibre du balancier.

    Sortir des reproches et d'accusations sur ce qui est hors du contrôle de nos désirs égoïques revient à être réellement conscients, sans aucun doute sur les buts intelligents et évolutifs de l'origine parfaite qui a engendré nos origines imparfaites.

  • #64

    Muriel (dimanche, 14 mars 2021 09:24)

    Le doute est anti-homme anti-Paix .
    Le doute est une gangrène sous terraine .Le doute nourrit la personnalité l animal qui survit .
    Le doute est la prison de l homme .
    Le doute c est le manque de volonté assujetti par un ego égoïque .
    L homme conscient ne peut plus douter .L homme conscient doit mettre du neuf en permanence.
    Le doute c est la peur de sa propre puissance .

  • #65

    Edwige (lundi, 15 mars 2021 03:13)

    Le doute affaiblie la volonté par l'obsession de la conscience sans l'intelligence.
    L'ego ne déguste la paix qu'à la fin de sa guerre contre le doute, un abcès qui suinte sur les murs de son enclos psychique.