Le supramental c'est quoi?

 Edwige


AVANT-PROPOS

 "Être sur le chemin de l’évolution c’est mener une étude" 

(BdM PE-028)

Ces FOCUS sont des espaces réservés aux échanges d'idées pour faire évoluer l'instruction Supra-Mentale de façon créative, collaborative et générative. Prière de ne pas déformer, ni plagier, les transcriptions originales de l'œuvre de Bernard de Montréal proposées pour étude, dont la seule référence est l'audio qui l'accompagne. Un résumé personnel, des citations et/ou des liens sont admis pour initier ces échanges. Vous pouvez proposer un thème, un sujet qui sera mis en ligne après vérification. Aucune inscription ni abonnement n'est requis, l'anonymat est garanti.

** Polémiques stériles et énergivores, non-respect de la parole de l'autre, critiques malveillantes, tribune spirituelle pour ego surdimensionné… iront directement dans la corbeille.


Une conscience supérieure au mental c'est "l’esprit intelligence réelle" et non une intelligence factice, egoïque, ou subjective des pensées astralisées. Le Supra-Mental est donc une vibration énergétique d'évolution de conscience, vibration en lien avec les activités intelligentes de l'esprit et non spiri-tue-elles de l'ego humain et/ou planétaire.

 

Depuis plusieurs décennies celle-ci émerge lentement sur terre pour préparer l'homme à de nouveaux paradigmes dans la conscience humaine (notamment au fait que nous ne sommes pas les penseurs de nos pensées) et à la réalité des plans occultes dévoilés dans la "Genèse du réel" et dans "Dialogues avec l'invisible" par Bernard de Montréal.

 

Pour aborder cette psychologie évolutionnaire ou science du Mental Supérieur et la rendre facilement accessible à notre compréhension, mieux vaut ne pas se laisser colorer par les ouï-dire et le mimétisme général qui se profile dans la blogobulle Supra-Mentale, foisonnante sur le web et autres réseau sociaux.

 

N'en déplaise aux supra-egos, Hormis Daniel Kemp et quelques rares auteurs originaux, Bernard de Montréal est et restera pour longtemps, contre toute attente, l'initié "le plus vibrant" de ceux qui affluent, par vagues successives, sur la toile.

 

Cette nouvelle psychologie ne peut être comprise sur des fondements scolaires ou universitaires, elle peut seulement vibrer, raisonner, s'intégrer à partir de nos expériences qui éveillent notre volonté et notre intelligence. Ainsi le néophyte, pour son plus grand bénéfice, dépassera l'instructeur. Dieu n'existe pas, si oui "il faut lui crever les yeux"... dixit Bernard…

 

On peut constater çà et là, que l'ego supra-mental, tout comme l'ego spirituel, s'est invité à la table des festivités dans l'espoir d'y trouver quelques subsides, manne financière ou éloquence oratoire du haut de leur tribune, chaire ou cathèdre de prédicateur... Leurs raisons ou motivations sembleront toujours réelles, impératives, légitimes...

 

On peut constater également, par-ci et par-là, quelques batailles d'egos dans la cours d’école Supra -Mentale, à la conquête du trophée du meilleur "Fusionné".

 

Selon Saint François de Salles "Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie" ainsi, l’homme ne peut s’empêcher de mettre en avant son égotisme pensant que sa seule façon de parler du "Supra-Mental" est la meilleure, effet contraire ça donne envie de ne plus utiliser ce terme qui finit par nous sortir des yeux...

 

Évoluer c'est non pas pour enseigner, pour justifier son existence ou pour se donner une identité… C'est d'abord évoluer pour soi-même, c’est le B.A.-BA de l’enseignement du Bernard originel et non des clones produits par l’astral qui lui aussi se supramentalise… C’est ce qui amène de la "concurrence et de l’adversité" qu’on n'aurait pas cru exister dans ce "nouveau monde"... Nouveau monde qui peut devenir un formidable terreau pour des egos en voie de surdimensionnement, juste assez intelligents pour avoir flairé un nouveau créneau afin d’exercer leurs talents de gourou…

 

Selon Sandra Vimont "cela explique pourquoi une personne qui a un double éthérique sur le plan surmental peut encore se faire piéger et dominer autrui...Cette personne peut supporter différentes races sataniques, ce sont des manipulateurs, des menteurs, des tricheurs, des pervers, des dominateurs, etc. ... l’ego qui sous-tend l’esprit en question peut devenir déficient en énergie vitale, d’où son besoin de vampiriser autrui pour compenser son manque".

 

Il en existe dans la blogosphère supra-mentale comme partout ailleurs, va-t-on accepter ce fait ou le reconnaître une bonne fois pour toutes par son discernement ? De toute urgence on doit apprendre à donner un coup de hache à ces relations involutives et se centrer sur son individualité…

 

On a à vivre cette énergie avec des "aller/retour" à autrui dans l’échange respectueux et non égoïstement masturbatoire, qui renvoie toujours à cette phrase magique de Bernard "on peut pas être intelligent tout seul". Car on se doit d'aller mutuellement (au moins au début) et non pas unilatéralement comme un enseignant qui, croyant "être sûr d'être sur" qu’il sait, pontifie et assène son savoir en verrouillant les portes afin d’éluder tout rapport de force avec une intelligence divergente… alors qu'il craint seulement l’opposition intelligente…

 

N’étant pas du sérail un regard transgressif me permet d’être à l’aise et détachée du formalisme ou de la mouvance imposée par certains egos dont le "cou de girafe à l'africaine" s’est allongé artificiellement… mais coupez les anneaux et le cou se brisera…

 

On dirait bien que le Québec est en deuil du précurseur de cette "Nouvelle Conscience"... Même si ceux, qui l'ont bien connu en stages, avancent discrètement que Bernard avait, comme tout en chacun, son fardeau astral contre lequel il luttait... C'est ce qui est plaisant chez lui car c'est un humain qui n'a jamais eu "le complexe messianique"... 

 

Chacun, touché ou non par cette nouvelle énergie ou par l'instruction hautement vibratoire de ce grand initié, saura reconnaître qu'il aura fait des émules chez lui et partout ailleurs, tandis que d'autres ne seront jamais prophètes en leur pays. 

 

Désolée pour ceux qui se sentiront égratignés, c'est dit sans colère et avec respect pour tous les esprits derrière les personnalités...

 


"l’homme ne connaîtra une connaissance d’ordre supramental

que suite à l’éveil d’une conscience libre de toute réflexion de l’ego,

c’est-à-dire d’une conscience supramentale"  

Bernard de Montréal 


Écrire commentaire

Commentaires: 29
  • #1

    Coralie (vendredi, 24 août 2018 08:43)

    Bien vu l'intuition et le discernement! J'en use et abuse pour croiser mes infos dans tout ce que je lis sur internet, je vous rejoins dans votre énoncé.

  • #2

    josée (dimanche, 26 août 2018 22:15)

    l'être vivant circulant sur cette planète est automatiquement exposé au mensonge astral, quelle que soit sa volonté, quel que soit son contrat ou statut au niveau de l'humanité. l'efficacité de sa volonté augmente avec le taux vibratoire, mais l'efficacité du mensonge astral n'a de cesse d'augmenter elle aussi. l'Armageddon aura lieu dans toutes les sphères de pensée de la vie humaine, santé, argent, gouvernement, relations, etc., où on verra le mensonge et le réel gagner tous deux du territoire dans la psyché humaine. le discernement fera résonner vibratoirement avec le réel, qui remplacera la capacité intuitive vulnérable au mensonge.

  • #3

    Edwige (lundi, 27 août 2018 09:13)

    Cet armagedon gagne toute les marches de l'échelle sociale car en effet tous les egos sont concerné par les fourberies astrales, y compris ceux qui ont ou croient avoir un double éthérique. Ceux-ci, s'ils ont conservé leurs personnalité egoïque, résident dans le plan surmental et non dans le plan suptramental comme ils peuvent se le faire dire ou croire par les forces descendantes. L'efficacité du mensonge astral est palpable chez ceux qui sont trompés, même s'ils sont habités par leur ajusteur de pensée. Nous sommes tous vampirisés mais certains, encore plus exposés au mensonge et en perte d'énergie, se verront poussés à vampiriser d’autres egos pour compenser leur perte.
    Plus le discernement est aiguisé plus l'intuition est moins sujette au miroitement du mensonge, ce peut être l'inverse quand l'intuition s'affine pour vibrer au réel que le discernement fait œuvre de lucidité.

  • #4

    josée (lundi, 27 août 2018 14:37)

    oui tous sont affectés par l'astral au point où l'impression d'être moins affecté fait partie de l,affectation. l'astral est LE phénomène collant ou adhésif dans la création. il y a des mondes e place pour soutenir une perpétuation de l,adhésion et leur créativité est à la hauteur du projet terrestre : incommensurable. si bien qu'ils utilisent l'impression d'être désastralisé comme moyen d,astralisation. on passera nos prochaines vies à s'arracher à l,astral quitte à souvent réaliser qu'on restait collé dessus par une force adhésive produite par l'impression émotivante d'en être arraché. l'autoévaluation est une chimère. il n'y a de réel que le discernement mais il ne permet pas l,autoévaluation globale, juste l'évaluation de la chimère en cours d'action.

  • #5

    josée (mardi, 28 août 2018 16:30)

    qu'est-ce que le supra-mental pour moi ? c'est le chapitre deux de la création de l'homme et la page qui tourne est de plomb. chaque individu a son heure pour entamer la transition du mental inférieur au supra-mental, une dimension demeurée parfaitement inaccessible avant l'heure dite. l'accessibilité au supra-mental est un processus révélateur des vastes mécaniques du cosmos incluant celles de la pensée et de la mort. les révélations étant disséminées dans la pensée ancienne du mental inférieur, le discernement devient l'outil que peu à peu l'individu substituera à sa conscience.

  • #6

    Edwige (lundi, 03 septembre 2018 11:45)

    Il existe sur le net de multiples approches et définitions du supramental chacune reliées au wifi personnel de l'observateur. Car pour accorder tout le monde dans une seule définition ou une seule approche il ne faudrait aucune entorse à la langue française, selon les canons de nos grands dictionnaires, qu'on pourrait comparer a de la dictature ou domination langagière… Mais peu importe la forme que prend l’esprit... à chacun son vocabulaire c’est le fond qui compte… Oui tu as raison Josée tout est à créer pour établir sur terre l’étude des principes/lois du nouvel homme.

  • #7

    josée (mercredi, 26 septembre 2018 16:13)

    vive l'humanité et sa variété ! et vive la force permettant à chacun de découvrir son unicité en se déshypnotisant de la multiplicité des autres ! c'est dans notre différence que je t'aime edwige, ou plutôt dans mon acceptation du fait que le réel qu'on a en commun transcende TOUT ça !

  • #8

    Edwige (vendredi, 28 septembre 2018 10:32)

    A la bonne heure Josée! Si chacun, dans son identité, se voit comme un reflet de l'autre, aussi différent soit-il, nous pouvons mesurer jusqu'où l'humain à choisit d'aller quand il a signé le contrat pour devenir in fine la somme totale des énergies de ses expériences pour englober au final la somme totale des énergies de l'expérience de l'humanité dans sa variété! C'est tout simplement vertigineux...

  • #9

    josée (vendredi, 02 novembre 2018 19:25)

    je me tiens sur mes gardes face à ce vertige qui m'assaille l'imagination dès que j'embrasse un concept de magnétude absolue, tel que la création de l'âme et de la mémoire. oui je suis curieuse d,appréhender le mystère du plan mental mais je me demande en même temps si cette curiosité n'est pas juste un désir de me distraire et de me flatter par la hauteur de cette distraction

  • #10

    Edwige (lundi, 05 novembre 2018 09:02)

    Le supra-mental ne serait que le 4ème plan avant tous les autres au-dessus, il y a donc du chemin à faire pour sortir de celui-là qui commence à devenir ennuyeux. Car la conscience se vit plus qu'elle ne se parle et pour se désennuyer du plan en question nous pourrions décider seul de changer de direction vers le 5ème étage, celui-ci plus distrayant que les précédents…

  • #11

    josée (lundi, 31 décembre 2018 16:50)

    est-ce par ennui que je cherche à me distraire ?
    effectivement certaines distractions sont des ajustements que je fais à une situation qui soudain me dit qu'elle s'étire en longueur. et ces ajustements, je les fais au nom de mon équilibre qui soudain crie à l'aide quand s'essoufle ma présence dans une situation. c'est même cette position en bout de course qui accouche du rebondissement, comme quoi même l'ennui a sa créativité.
    d'autres distractions, de l'ordre de l'égarement psychique, ne sont que des moments de stagnation dans le monde de la réflexion. j'ai besoin de consommer du temps en mode jugement. juger à la ronde, manquer de respect au réel, ravivera le respect par la suite mais sur le coup c'est une simple détente dans la passivité de la distraction et du divertissement. je critique tout ce que j'attrape de diffusé sur YouTube par exemple et ça rehausse par contraste ce qu'il me plaît de croire à mon sujet. ces distractions ne sont pas accouchées. elles resurgissent tant que mon cercle vicieux ne s'est pas élevé sous forme de spirale. c'est alors que le réel pointe le nez. la situation, aussi distrayante a-t-elle pu être, a elle-même besoin de céder la place à ce qui peut m'en distraire.je stagnais dans le divertissement, et le réel frappe à la porte, enfin.

  • #12

    Edwige (mardi, 01 janvier 2019 12:51)

    Une situation qui s'éternise rend pantouflard un esprit qui ne s'ennui jamais... surtout si consommer de la critique objectivement créative à pour effet d'entendre toquer le réel à sa porte... et en parlant de réel dans cet article "Le supramental c'est quoi?" je te trouve parfaitement pertinente quand tu dis en quelques extraits:

    " .... raisons linguistiques... n'a pas pu exporter ses biens culturels.... il y a le parler d'un bord et l'écrit de l'autre.... .... niveau d'érudition assez pauvre. .... niveler par le bas toute discipline intellectuelle. ....qu'il cède à toutes sortes de complexes d'infériorité dans son échange avec l'extérieur.... ... il est situé au milieu des plus grands courants de pensée occidentaux ....... le complexe de supériorité inhérent au début de la supramentalisation se trouve doublé de certains réflexes d'asujettissement. les ....... etc. ont profité de leur différence de caractère pour établir leur marque en ce pays en quête d'identité."

    Ici par-delà l'atlantique nous discernons cette supramentalisation de "survivants" des enseignements originaux de BDM qui ne verra pas naître un nouvel initié avant longtemps... quoi qu'ils fassent pour nous faire avaler des couleuvres de toutes sortes... donc le supra-mental c'est quoi?: avant toute chose la conscience se vit plus qu'elle ne se parle ... libre à nous d'échanger avec nos doubles car "on peut pas être intelligent tout seul", mais nous n'avons rien à démontrer si ce n'est d'observer le résultat de nos changements internes issus de nos seules expériences sur le terrain de cette conscience...

  • #13

    Edwige (mercredi, 02 janvier 2019 10:34)

    "La conscience se vit plus plus qu'elle ne se parle"…cette citation exprime que l’Esprit habite notre conscience chaque instant de notre vie y compris ceux qui n’ont pas besoin d’être manifestés par la bouche… c’est 80% de notre temps au quotidien… (marcher, manger, dormir, se laver, aller pisser, attendre un bus, faire la queue aux caisses de magasins, etc…). La conscience se vit également par "la parole" mais… seulement lorsqu’elle est "intelligente"… Le plus souvent il ne sort rien de la bouche (même dans le supramental)… Beaucoup d'egos jacassent, babillent, baratinent, bavassent, cancanent, caquètent, causent, colportent, commèrent, débinent, débitent, déblatèrent, jacassent, jactent, jasent, palabrent, papotent, potinent, racontent, répandent…

    EN GROS ILS TAILLENT DES BAVETTES MAIS N’UTILISENT PAS LA PAROLE INTELLIGENTE… SMART SPEECH!

    La parole est juste et adéquate surtout quand elle reste authentique et simple malgré les intimidations dévalorisantes extérieures et les attitudes faussement convaincantes. Il faut se rappeler qu’en France nous ne sommes pas propriétaire de la langue française, chaque dialecte dans tous les pays francophones amènent de la richesse et la fait évoluer dans sa vibration… L’essentiel c’est que sur le chemin se trouve des personnes avec qui on se comprend quand on est sur la même longueur d’onde... Cela signifie rester ”soi” car l’esprit se fiche royalement des faux semblants et attitudes grotesques dans le regard de l’autre… Quand il prend le contrôle de nos sens pour se manifester il est et reste le maître du jeu... même s’il ”s’enfarge pas dans les fleurs du tapis”… ainsi il en va que chaque personne à son esprit et qu’il n’y en a pas deux esprits pareils… L' insécurité langagière n’est qu’une falsification de mémoire comparée avec l'écrit français de France, le français doit appartenir en propre à chaque francophone…Tant que le fond se comprend la forme importe peu… l’intelligibilité restant les attributs d’un ego surdimensionné et égocentré…
    En faisant le tour de la communauté supramentalienne cet égrégore n’a rien a envier a la sphère spirituelle, dans la survalorisation, le complexe de supériorité, l’assujettissement à diverses formes pseudo psy-culturelles… C’est ce qui transpire à chaque vidéo, discours, écrits supra-machin-truc… En France nous discernons cette supramentalisation des ”survivants” de Bernard… Ils ne verront pas naître dans leurs rangs de nouvel initié avant longtemps… Ici nous n’avons rien à démontrer si ce n’est d’observer les changements en nous-même issus de nos expériences sur le terrain de cette conscience…qu’elle soit seulement vécue, écrite et/ou parlée…

  • #14

    josée (samedi, 09 mars 2019 02:14)

    le supra-mental c'est quoi ?

    c'est un horizon universel dont la perspective fait éclater le temps qu'on pensait collectif en temps qu'on découvre individuels.

    le sien ralentit et on devient un microscope qui dissèque ce que charrie le temps.

    dans le fonds le temps est un convoyeur du travail de l'ajusteur de pensée et celui-ci est un aligneur des tests successifs qui réveilleront chronologiquement notre envie de toujours nous rapprocher le nez de ce convoyeur qu'est notre vie.

    notre relation avec la vie devient intime, complice, harmonieuse.

    en même temps parmi les tests qui s'alignent à mesure que le tapis roule et se déroule, il y en a de si gros qu'ils font reculer le nez.

    ce n'est pas contradictoire vu que le nez en reculant, dans l'acte même de reculer, devient plus amoureux du temps qui passe.

    c'est du fait même que l'homme se penche très scientifiquement sur sa vie que la psyché supramentale est une psyché "amoureuse" et inversement il n'y a de science de la vie qui ne vienne sans entente entre l'homme et le temps de sa vie.

    ça n'a jamais été contre sa vie que la psyché devait se défendre, mais contre son propre assujettissement à la domination sous toutes ses formes.

    l'homme progresse vers l'amour de sa vie quand il réalise l'existence et le travail de son ajusteur de pensée.

    le travail de son ajusteur de pensée consiste en la mise en scène (mise en tapis) des formes de domination manoeuvrant son subconscient.

    en apprenant à se défendre contre les formes importées de l'occulte astral par son ajusteur de pensée, l'homme perd toutes ses peurs.

    il n'a plus PEUR de ses peurs, il les regarde passer comme un champion confiant parce que conscient de l'intelligence du procédé de son entraîneur.

    ils partagent de plus en plus une même intelligence particulière, dans le sens qu'elle se distingue du collectif.

    parce qu'il comprend la stratégie émancipatrice, il apprécie le scénario et s'y livre tout en subissant son apparente épreuve.

    le nez en se penchant s'arrache au collectif et cet arraché est d'un calibre olympique mais il est en même temps d'un grand soulagement vu que le collectif est une croix.

    l'homme qui s'arrache au collectif voit plus clair parce que
    les larmes sèches que le collectif fait pleurer lui avaient toujours embrouillé les sens.

    grâce au travail de son ajusteur de pensée, l'homme apprend à regarder sa vie directement et sans embrouille…

    une psyché d'homme amoureux de sa vie est supramentale. et que se passe-t-il dans une telle psyché ? il ne passe qu'elle ne peut plus servir personne d'autre. la relation se referme comme un oeuf.

    un oeuf, non, un noyau de soleil. le nez et le tapis s'enroulent en un seul petit point, un point si petit que c'est comme si l'homme disparaissait.

    car avant cet horizon, quand il y a encore le nez d'un bord et le convoyeur du temps de l'autre bord, l'homme comprend mieux et mieux que la vie est simple.

    car plus on est penché sur la vie, plus celle-ci parle clairement. alors le regard de l'homme se déleste du mental inférieur. et celui-ci ne peut presque plus rien contenir, ni relation à l'occulte, ni relation familiale, ni même son ancienne notion de relation au corps. ce n'est pas que l'homme soit refermé sur sa vie. il n'y a aucun cocooning dans l'homme qui est dans l'amour réel. il n'est juste plus de service envers de la mémoire.

    son mental inférieur disparaît-il ? non mais il ne pèsera plus.

    il fait partie du lever de soleil qui s'annonce à l'horizon.

  • #15

    Josée (samedi, 09 mars 2019 14:06)

    A mesure qu'on perd la mémoire, et veut veut pas ça arrive à un moment donné, on réalise que le contenu de la journée n'est quan même pas gaspillé parce qu'il laisse sa trace dans le système nerveux. C'est important d'intégrer mais cette fonction échappe à l'ancien dispositif - qui ruminait plutôt comme un bovidé qui aurait mille estomacs.

  • #16

    Edwige (samedi, 09 mars 2019 15:52)

    Le supra-mental c'est un projet individuel en perspective pour l'ego. Comprendre c’est analyser, le savoir c’est dans le canal, la force intérieure, connexion avec les plans, est le fait d’en prendre conscience. La solitude et la souffrance de l'évolution dans la solitude de cette individualité s’étudient occultement. On peut rééquilibrer leur vibrations en les regardant d'un point de vue a égalité avec les plans pour ne pas souffrir à travers notre mémoire et de son énergie astrale. Le supramental est une succession de tests en continue qui évaluent la patience que l'on pour cette évolution, tout ce qui est crée par les plans fait partie de l’évolution de l’âme, c’est une programmation. Avec l'intégration de notre conscience et la maitrise émotionnelle, a mesure qu'on perd la mémoire le contenu de la journée reste indemne mais, contrairement à autrefois, la trace que laisse le moindre artéfact désormais n'est plus que l'énergie de l'expérience de cette journée… vive la fusion...

  • #17

    joséee la haye (lundi, 01 avril 2019 20:42)

    tu touches aux ingrédients, la joie, la force, la patience… tout ce qui se puise en soi avec une facilité croissante à mesure qu'on installe l'égalité avec les plans. j'ai aimé lire que le supra-mental c'est un projet individuel en perspective pour l'ego. ce projet en tasse beaucoup d'autres. tu voulais jouer de la guitare que tu viens de t'acheter ? hé non, le goût est parti. tu es prêt à jardiner ? hé non, le corps ne suit pas. tu veux être une bonne fille pour tes parents et les inviter ? ce n'est que contretemps et cie. ce projet-là chapeaute tout. quelle large avenue, c'est le lit du fleuve st-laurent ! tout y converge parce qu'il s'agit d'avaler toute l'intégration de notre programmation karmique.

  • #18

    Edwige (mercredi, 03 avril 2019 07:46)

    Oui Josée je confirme et c'est plus que jamais d'actualité :
    Le supra-mental est un projet individuel en perspective pour l'ego, il en éclipse beaucoup d'autres, il chapeaute tous les ruisseaux, rivières, torrents mers et océans, il est le résultat de l'intégration de nos programmations karmiques et du "reset" de nos mémoires...

  • #19

    jordi (vendredi, 30 août 2019 10:30)

    "Selon Sandra Vimont "cela explique pourquoi une personne qui a un double éthérique sur le plan surmental peut encore se faire piéger et dominer autrui..."
    C'est drôle qu'elle dise cela, elle qui fait payer ses enregistrements à un prix astronomique, de toute façon ces personnes qui reprennent BDM pour en faire un business n’atteindront jamais l'éveil tel que bdm la vivait. Comment etre libre si l'enseignement n'est pas libre, no way !

  • #20

    Edwige (vendredi, 30 août 2019 11:33)

    "Comment être libre si l'enseignement n'est pas libre"

    Des nouveaux métiers se développent à partir de l' instruction descendue par BDM et ne manquant pas d'imaginations astralo-spirituelles, pour leur qualificatifs, afin de se propulser au grade "d'instructeur", de "formateur", de "spécialiste de la conscience" etc...

    Qui plus est vivent par procuration de la notoriété de BDM, du seul fait qu'ils l'auraient connu de près, aurait supposément été son chom, son stagiaire et autres séminarisants...

    Tous ces supras-egos messianiques désirent ardemment devenir calice à la place du calice. En fait ils sont identiques à ces pourvoyeurs de fonds, des bas fonds, qui souvent préfèrent l'argent liquide et passer à la trappe de leur législation fiscale...

    Depuis le départ de Bernard "le spramental" est rapidement devenu une manne financière pour tous ces egos supra-gonflés d'eux-mêmes... d'où le prix astronomique de leurs parutions, livres ou enregistrements, qui n'ont rien a nous apprendre de nouveau dans ce qui a déjà été cent fois mieux dit vibratoirement par BDM.

    Ce business ne peut crever le plafond spirituel, à tout le moins stagner à l'étage surmental avec tous les attributs de la personnalité de ces egos vampirinogène de notre conscience....

  • #21

    Coralie (lundi, 07 mars 2022 13:37)

    Edwige,
    Je me permets de vous écrire car je suis dans une véritable dichotomie intérieure: depuis 4 ans je me "nourrie" de l'instruction de Bernard de Montréal mais est venu un moment où j'ai eu l'impression de faire du gavage intellectuel et qu'il fallait lâcher le mental et vivre sa vie. Son enseignement me maintenait dans une continuité, un chemin dans lequel, pour moi, la vie a toujours eu un sens réel, profond, caché, sans quoi vivre sera une vraie angoisse (pour ma part). Mais, reprise dans ma manie de chercher, je suis tomber sur un autre type d'enseignement que j'ai probablement mal interprété car de façon psychologique mais qui m'a crée un choc (à l'âme?) et depuis, ce sens de la vie s'est effondré. Dans cet autre enseignement, le fond serait le même, seule la forme changerait mais pour moi ça change tout. il n'y aurait pas réellement de double ni d'entités (personnification de l'énergie à cause de nos projections psychologiques); ni de corps astral, ni d'esprit individuel (seul un esprit collectif, une conscience qui pour le moment est involutive et deviendra évolutive quand elle se sera ajustée au système au lieu de se conter des histoires pour se rassurer émotionnellement). La vie est une mécanique froide, non intentionnelle. La seule chose qui se réincarne c'est l'influence de notre conscience de notre vivant et ce qu'on transmet génétiquement. Les expériences "paranormales", sortie de corps et autre ne sont que le fruit de notre imagination, de nos projections, de nos désirs qui peuvent se matérialiser (avoir envie de parler à un décédé et on le crée). La vie n'aura pas d'autres sens que de s'y ajuster, de s'y soumettre en n'en comprenant les lois. Cela nous permettra de moins souffrir, moins subir cette grande machine inarrêtable dans lequel des sortes d'animaux humains construits sur la base de protozoaires , s'est construit. Bernard disait lui qu'il fallait assujettir la vie par la créativité de notre esprit et que l'Homme n'était pas de la merde mais un être de lumière. ça ne fait pas le même effet quand on change la forme en effet. L'astral serait juste l'inconscient. Voilà, les choses seraient donc très terre à terre. Cette vision cartésienne me tourmente car moi, sûrement trop astrale, sensible, naïve, psychologique, j'ai besoin que la vie est un sens fondamental mais je n'ai pas non plus envie de m'illusionner comme bercée par des contes pour enfants, contes à dormir debout, desquels je n'ai aucune preuves concrètes et qui seront toujours sujet au doute et aux questionnements, de fait. Bernard pourrait-il avoir utilisé des formes ésotériques pour protéger la sensibilité des gens tout en sachant que la vie pouvait se décoder d'une manière totalement froide, scientifique et cartésienne? La vision supramentale devrait elle, en bout de ligne, rejoindre les athées et nous, êtres spirituelles naïfs, devrions nous gagner en maturité? Selon lui, la survivance de la conscience de Bernard (je lui ai posé la question) serait à travers les gens comme lui qui ont intégré cette énergie. Une conscience immortelle serait simplement une conscience qui marque les esprits des vivants. On redescend sur Terre mais ça fait très mal... Pourriez vous me donner votre sentiment profond ? Désolée pour la longueur du texte.
    Coralie

  • #22

    Edwige (lundi, 07 mars 2022 17:26)

    Bonjour Coralie
    Pour commencer la grande erreur que tout le monde fait, et encore beaucoup de personnes y compris ayant pignon sur rue, C'EST DE CONFONDRE LE PERSONNAGE BDM AVEC LE PRINCIPE DE L'INTELLIGENCE qu'il "descendu" via sa source universelle, sans mémoire ni ego. Tout comme le Principe de l'Amour, descendu par le nazaréen, incompris et confondu avec le Christianisme…

    Votre dichotomie actuelle s'apparente à une "apocalypse personelle" qui remet tout à plat dans les croyances, illusions, formatages et conditionnements… L'ego perd les béquilles de son handicap de la vie, de l'amour etc…

    Il y a une période "d'écoute flottante", sans intellectualiser ni chercher à comprendre qui est nécessaire et qui pourrait ressembler à du gavage… En fait cette écoute assidue sert à guérir les blessures astrales du corps émotionnel et à ouvrir les centres psychiques, via la parole vibratoire et thérapeutique de BDM. (Pour ma part ça m'a pris au moins 5 ans). Il ne s'agit donc pas d'un "enseignement" mais plutôt un rappel de ce que l'ego sait déjà, qui se réactualise dans son mental, via vibration de l'énergie de l'Intelligence et confirmé par le "c'est ça, c'est ça"…

    Cette période intermédiaire, avant l'entrée en processus de conscientisation, est une période de grande vulnérabilité pour nous. On sera testé par toutes sortes de formes et d'énergies astrales, disparates chez des egos, qui tentent de récupérer une potentielle clientèle via cette disponibilité psychique par un autre gavage pour empêcher pour mettre le couvercle sur l'intelligence en émergence.

    En réalité nous sommes traversés par une foultitude d'énergies qui trafiquent avec notre corps émotionnel, y compris les autres dimensions de nous dans l'éther.

    Chaque humain possède une âme, un ego, et la contre-partie de son MOI dans l'éther ou double. Concernant les corps physiques et subtils les notions que l'humain à mémorisées datent des ésotéristes et spirituels canalisés via le plan de la mort ou du haut astral, qui n'a pas forcément donné la géographie réelle de nos dimentions internes et externes…

    La vie est en effet une mécanique sans émotion, dont l'intention originelle est l'évolution de ce qui vit sur chaque planète et qui impacte les autres planètes, y compris le cosmos entier. Oui la génétique transmet l'information et le mémoriel humain planétaire. L'influence de notre conscience agit sur la descendance via l'éducation entre-autre.

    Le monde de la mort est très actif dans le mental inférieur, aussi bien le jour que la nuit. Tant que nous étions ignorants et naïfs nous ne pouvions connaître ces manipulations par triangulation haut bas et entre congénères, d'où les dommages collatéraux vécus en société, en famille, dans les couples, au travail, etc.

    C'est lorsqu'on a saisi que nous ne sommes pas les penseurs de nos pensées, et que les énergies de nos émotions servent de nourritures aux plans vampiriques dans l'éther astral de la terre que nous commençons un très long et colossal chantier de guérison de l'âme et de l'ego.

  • #23

    Edwige (lundi, 07 mars 2022 17:35)

    Suite:
    Chez l'humain on distingue une personnalité égotique (double luciférien), affublée d'un caractère et d'un tempérament qui ne sont pas le reflet de sa personne originelle sans qualité ni défaut (double lumineux) .

    Le subconscient et l'inconscient sont traversés par les énergies lucifériennes de notre conscience mémorielle et animale. C'est elle qui charrie les déchets énergétiques des plans poubelles, qui nous font croire tant de chose polarisées négative et/ou positives à notre sujet, induisant peur, craintes, angoisses stress, etc.

    Le fondement et le projet de la vie individuel c'est de "fusionner l'éther à la matière", le haut descend pour épouser la matière, et continuer l' évolution dans une autre conscience en dehors du plan terrestre (jupitérienne).

    Bernard était un Mental Télépathe et non un canal spirituel. Il ne s'est jamais prétendu voyant, clairvoyant, médium, guérisseur etc qui sont des programmations karmiques, son programme incarnationnel universel était de "descendre la vibration du Principe de l'Intelligence". N'étant pas fusionné a 100% il a vécu en parallèle sa vie d'homme ce qui a fait de lui un homme et non un Dieu… Bernard a banni toutes les formes spirituelles et ésotériques issues des canalisations astrales.

    Voilà qui est rassurant pour nous, qui avons une conscience comme vous dites "froide, scientifique et cartésienne". Autrement dit qui somme dans l'équilibre des 3 cerveaux émotif-intuitif-rationnel pour garder en permanence une conscience critique, objective.

    En effet ne croire en rien facilite la compréhension vibratoire de l'instruction, sans rien prendre au pied de la lettre, ni pour argent comptant. C'est un travail personnel, avec discernement, lucidité et clarté d'esprit pour intégrer la "vibration du Principe de l'Intelligence" et développer une "parole générative".

    Quant à "la survivance de la conscience de Bernard" là aussi existe beaucoup d'amalgames, il ne s'agit pas de "sa conscience" mais de SA SOURCE. C'est elle qui a donné à BDM cette instruction, immortelle sans mémoire ni ego, pour marquer les vivants programmés à l'initiation solaire et passer le gué du nouveau cycle bien amorcé.

    Voilà un premier jet de ma conscience profonde. C'est par "l'échange génératif" que nous pouvons aller plus loin. Parce que je n'ai rien à vendre et que je ne suis intéressée que par cette générativité, si la plume éthérique vous tente entrez ici dans cette magnifique l'expérience…

  • #24

    Coralie (lundi, 07 mars 2022 20:19)

    Merci de votre réponse et de votre invitation à échanger. J’aime beaucoup l’expression « échange génératif ». En fait, ce qui est difficile ces derniers temps pour moi, c’est que je ne sais même plus à quoi m’intéresser. Je m’explique : je ne peux pas juste vivre ma vie en me contentant de choses du type divertissements et moments conviviaux. Je ne peux pas me nourrir de sciences humaines, de psychologie, de développement personnel car je ne trouve pas cela suffisamment nourrissant. Je n’ai jamais trouvé quelque chose de plus nourrissant et vibrant que les paroles de Bernard. Seulement voilà, je me rends compte qu’au-delà de ce côté vibrant, qui faisait résonner des choses en moi comme des évidences, il y a aussi des formes desquelles je me méfie et auxquelles je ne peux plus croire. Je réalise à quel point l’Homme est un être vulnérable, naïf et ayant besoin de se sécuriser, terrain idéal pour toutes formes de croyances. Il y a tout un tas de concepts qui sont autant de formes utilisées mais dont je n’ai aucune idée de ce qu’elles cachent dans l’absolu et c’est lorsqu’une autre personne vient briser cette forme que je me rends compte que j’y croyais sans m’en être rendu compte. Résultat, je n’ai plus rien à quoi me raccrocher comme si le sol se dérobait sous mes pieds et me laissait plongée dans une sorte de vide insupportable, de néant, d’abîme sans fond avec aucune branche à laquelle me raccrocher. Cela me rend très nerveuse et à fleur de peau et j’ai du mal à être fonctionnelle dans ma vie quotidienne tant j’ai perdu le nord à force de chercher. Je suis plus perdue que jamais. Je me sens plus seule que jamais dans mon monde d’angoisse existentielle, de questions sans réponses, de besoin de croire tout en rejetant ce besoin, d’un besoin de demander l’avis d’autrui tout en sachant que cela n’aura aucun poids car cela ne vient pas de moi, de mon savoir personnel, intérieur. J’en viens à douter de tout. A ne plus savoir ce qu’est la réalité au juste ni si je dois encore mettre le peu d’énergie que j’ai à donner du sens à la vie ou si je dois lâcher prise, me résigner, en me disant qu’au final, dans l’absolu, derrière toutes ces formes et ces concepts, il n’y a que de l’énergie non intentionnelle et que peu importe ce qui se passera après la mort, j’irai là où tout le monde va et en attendant j’essaye de vivre un semblant de vie normale en essayant de contenir cette énergie qui parfois me donne un vague avant-goût de ce que peut devenir la folie. C’est difficile de se dire qu’on ne sait RIEN mais vraiment ZERO ! J’en suis là. Je ne crois plus en rien et les seuls moments où je vis autre chose qu’un sentiment de vide est lorsque je suis prise dans une polarité qui me relance dans le jeu de la recherche de vérité, la comparaison, la tentative de m’élever dans une compréhension plus élevée. Je me demande comment font les gens pour vivre une vie dont ils ne savent rien. Ne pas savoir les choses de façon absolue, ne pas voir derrière les voiles mais ne plus être capable de revenir à une vie « classique » et à profiter de la vie. Ne pas avoir le goût de mourir mais ne plus avoir le goût à la vie. Se sentir perdue au milieu du désert mais devoir continuer à jouer des rôles sans trop savoir pourquoi. La question qui me tourmente est vraiment la question de la mort : infini néant, dissolution, destruction ou conscience infinie. Bernard disait que tout n’est pas un. Conscience infinie individuelle ? Je n’ose l’imaginer car ça ferait trop plaisir à mon égo. Je m’intéresse, quand je ne suis pas trop vide, à la physique quantique et j’ai appris que ma façon de voir la mort, tomber dans un puit sans fond, correspond précisément à la façon dont meurt une étoile sous son propre poids, une fois l’équilibre hydrostatique rompue. Elle s’enfonce dans un puit sans fond pour l’éternité : mon pire cauchemar ! C’est intéressant je trouve que ma vision correspondent à celle d’une étoile.
    Je me demande également ce qu’il y a dans l’absolu derrière « un monde de la mort très actif ». Ces mémoires ont-elles une existence dans l’absolu ou n’existent elles qu’à travers nos propres projections psychologiques, que si nous sommes là pour générer une forme ? Est-ce qu’on peut dire que les décédés sont des illusions au sens où à un niveau supérieur tout est énergie ou réellement dans l’astral, il n’y a que les formes que les incarnés créent ?
    Merci de votre lecture !

  • #25

    Edwige (mardi, 08 mars 2022 03:43)

    Comme je vous le disais le processus de conscientisation crée des périodes de solitudes et de vulnérabilités par lesquelles nous passons tous, bien qu'aucune expérience ne se ressemble. Tout ce que vous décrivez sont des "pasages types" du vide mental après la perte des béquilles qui maintenaient l'ego dans une sécurité factice. Ne plus croire en rien, ni personne est un passage obligé, c'est un signe de rapatriement de sa réelle nature en son sein et d'un travail vers son individualité qui n'est pas de l'individualisme ou egocentrisme.

    On entre nu dans le supramental pour se connecter à l'intelligenec réelle. La réflexion de l'intellect est un frein au processus de reconstruction, la dispersion également.

    Il arrive un stade où des breaks réguliers de l'instruction sont necessaires pour se ressourcer dans la nature, en forêt, en montagne, océan, etc. Ce ressourcement est le garant d'une protection psychique qui permet de vivre sa vie centré dans le présent. Le besoin d'échanger, se fait inévitablement sentir, à ne pas négliger, chacun le faisant à sa façon. Pour ma part j'ai crée ce site, puis ces focus, puis un groupe FB en prolongement. Tout ceci favorisant le contact avec des personnes en initiation, sur la même fréquence radio pour partager des vécus similaires, etc.

    Je ne peux que vous suggérer de vous extraire vous-même des sables mouvants des pensées astralisantes ne cherchant qu'à vous confusionner et vous empêcher d'accéder aux énergies de volonté et d'intelligence. C'est un travail individuel, mais on n'est pas intelligent tout seul… parler avec d'autre est necessaire plutôt que se disperser en consultant Pierre, Paul et Jacques, piège à fonds perdus…

    Peut-être pourriez-vous commencer une écriture éthérique personnelle, sorte de journal supramental, pour tout mettre à plat et à jour? Pour avoir traversé ces enfers je sais que c'est une exellente sortie du mental introverti/solitaire. Ensuite échanger avec d'autres sans s'impliquer dans la vie des autres, dans tous les cas, sur terre on est seul car indivisible, personne ne peut faire ce travail mental à notre place.

    C'est la raison de la création du "groupe d'étude" de l'instruction qui permet un retour à la vie dans les "échanges génératifs", nourrissants pour le corps et l'esprit. Je me garderai bien de tous conseils, simplement dire que sortir de l'isolement et échanger avec d'autres permet de passer les caps difficiles de cette initiation. Vous êtes bienvenue dans ce groupe, si le cœur vous en dit, où d'autres personnes comme vous peuvent partager leurs vécus.

    https://www.facebook.com/groups/464439877546514/

    Bon courage

  • #26

    Marie (mardi, 08 mars 2022 08:58)

    Bonjour Coralie,
    Je me permet de poser quelques mots qui j'espère vous donneront un petit élan, une petite lumière toute simple dans le marasme qui vous pèse et que je connais bien pour l'avoir vécu, comme Edwige et tant d'autres.

    Ce que j'ai fait car au même stade que vous, j'ai tout simplement lâché prise à toutes mes recherches, même celles de Bernard. J'ai retiré mes chaussettes et chaussures de protection et je suis allée marcher dans la nature pour retrouver ma nature. Je me suis mise nue comme au jour de ma naissance...

    Chaque matin, faîtes cela pour VOUS, vos pieds, votre corps, votre mental. Marchez pieds nus dans la rosée du matin, et si votre corps le demande : roulez-vous dans l'herbe fraîche, allongez vous dans la terre, donnez lui votre forme toute entière, ou encore reposez-vous contre un arbre, ou marchez dans une rivière bondissante et NE PENSEZ PLUS.... recevez.

    Arrivez à un certain stade de recherche du sens de la vie, il est important de tout abandonner. Faîtes confiance à la nature, le plus grand règne qui n'ait jamais existé et sans lequel nous ne serions pas là aujourd'hui.

    Si l'ennui vous harcèle alors que vous marchez, alors c'est bon signe. Vous aurez apaisé un temps le côté astral et celui ci se remanifeste encore et encore. Dans ce cas, prenez un crayon ou votre appareil photo et disséquez chaque partie de ce que la nature vous offre. plongez-vous dans le coeur d'une fleur, ou l'envole d'une coccinelle... conjuguez votre attention avec la paix au naturel.

    cela vous prendra le temps qu'il faudra, peu importe, car ce petit mouvement quotidien (pour ne pas dire rituel) vous servira toujours mieux que la nourriture intellectuelle de toujours tout connaître et mentaliser, combattre l'astral et tout le tralalalaaaa.... La nature vous apprend ses "silences" et se fout de l'astral, ELLE EST point barre.

    Accordez vous cette douceur <3 et puis reviendra le temps de la fraîcheur, le retour avec votre télépathie intérieure.

    je vous souhaite ces moments formidables, ces silences et cette légèreté
    Marie

  • #27

    Coralie (mardi, 08 mars 2022 09:41)

    Edwige et Marie, merci de votre lecture et de votre réponse. De ce que j’en comprends, ce besoin de recherche, de compréhension, de comparaison des données etc… est nécessaire dans le sens où ça nous permet de faire le tour de notre jardin (comme dit une personne qui fait des vidéos) et d’en arriver au constat que là on n’est au bout du bout, face à un mur, bien obligé de s’ajuster à ce qui est, à la réalité. C’est là que cette personne intervient pour nous faire passer à un autre niveau à son contact, par immersion comme un enfant l’est avec ses parents. Il dit justement que la phrase de Bernard « on ne peut pas être intelligent tout seul » signifie lorsqu’on ne fait pas de l’interprétation, qu’on ne peut pas être intelligent sans ajustement au système mécanique qui nous maintient dans des automatismes. Il y aurait donc une version où il vaudrait mieux entrer en contact dynamique avec une personne « éveillée » car il y a trop de désinformations dans le monde, avec les gens. Une autre version serait de traverser ces enfers grâce à un échange nourrissant entre personnes vibrant plus ou moins sur la même fréquence. Une autre serait de lâcher prise et revenir au moment présent, à la connexion avec la nature. Ce dernier point est important en effet, surtout pour ceux qui comme moi sont tout le temps dans le mental. Mais je le verrai plus comme une pause que comme une façon de vivre car le besoin de comprendre puis ultimement de savoir est fondamental pour moi. Sinon la vie n’a pas de sens. Je le verrai comme de la résignation. Bernard disait que l’Homme savait certaines choses au fond de lui comme le fait que de ne pas savoir n’est pas naturel. En effet, je trouve cela absurde de ne pas savoir et Bernard savait tellement de choses ! S’il a pu savoir et s’il était humain alors tous les humains devraient finir par savoir. Je ne veux pas finir ma vie en me disant comme beaucoup de personnes que cela nous dépasse, qu’on ne saura jamais et avoir passé ma vie à chercher en vain, à m’épuiser. Alors pour moi, ce passage de vide mental et des pauses en connexion avec la nature vivante doivent déboucher sur le Savoir, la compréhension de tout au-delà de toutes les désinformations. Autrement on n’a pas percé le voile, on est resté dans la philosophie, les concepts mais qui n’aura débouché sur un constat d’impuissance et d’ignorance. Comme disait Bernard l’Homme n’est pas de la merde. L’Homme doit savoir tout.
    Merci pour votre invitation sur Facebook. Cela pourrait être intéressant. Je n’ai jamais eu Facebook et je n’ai jamais voulu m’y inscrire alors je vais voir mais d’ores et déjà merci pour ces échanges ici sur votre site et merci de votre invitation. Rester solidaires les uns avec les autres, offrir des espaces d’échanges dans le respect de l’énergie de chacun, c’est beau. Merci !

  • #28

    Edwige (mardi, 08 mars 2022 10:52)

    Bonjour,
    C'est justement la publication de ce jour auquel vous pourriez participer avec votre expérience, voici son contenu.

    "Lorsqu'on observe objectivement et lucidement ce qui se joue derrière l'écran de fumée de la blogosphère astro-supra-menteuse on se doit de réfuter les amalgames qui perdurent, encore et toujours, entre "le message" et "le messager" de l'instruction.

    Ces confusions sont nuisibles et dangereuses pour les personnes qui recherchent, comparent et confondent BDM "le personnage" et le "Principe de l'Intelligence qu'il a "descendu": impérissable, sans mémoire, ni ego, pour une conscientisation individuelle.

    Bernard à vécu sa vie d'homme, il est mort en homme et non en Dieu, c'est plutôt rassurant pour les humains que nous sommes… Fichons la crisse de paix à ce "Monsieur Bernard", laissons sa mémoire à sa famille et ceux qui l'ont connu "réellement", et contentons-nous d'intégrer authentiquement cette énergie universelle, au compte goutte sans se prendre au sérieux.

    Lorsqu'on dit qu'il n'a jamais été aussi "vivant que mort" nous parlons de "sa parole vibratoire et thérapeutique", comparable à nulle autre pareille, qui continue de vivre en faisant son office auprès de ceux/celles qui le découvre et marqués pour se conscientiser dans cette vie…

    Il y a ceux qui se prétendent être le "prolongement vivant de sa conscience" ou au contraire ceux qui mettent en garde contre la cristalisation de sa mémoire en lui échafaudant un mausolée... ceux-là également confondent le "personnage" et "l'instruction".

    On n'exclue pas ceux qui mélangent habilement spirituel-new age et supramental et/ou récupèrent, pour leur compte professionnel et avantages personnels, sans citer leurs sources, ce qu'ils soutirent ailleurs que dans leur mental...

    A force de se laisser disperser et distraire par toutes sortes de sollicitations, les êtres en chemin pour de nouveaux paradigmes deviennent vulnérables et sont des proies faciles pour les hackers d'âmes et d'egos en souffrance.

    Echanger avec d'autres sur la même fréquence radio est plus bénéfique que consulter Pierre, Paul et Jacques, pièges à fonds perdus…

    Nous ne sommes les sauveurs de personnes, mais un des moyens de contrer la domination des plans astro-spirituels est de garder son mental "en alerte" devant les paradoxes qui se présentent à notre face pour nous convaincre de tout et de son contraire avec le sérieux des menteurs et des manipulateurs professionnels.

    Discernement, lucidité et clarté d'esprit sont la tri-unité intelligente du cerveau éthérique"…

    C'est dans le groupe "privé" BDM: Principe de l'INTELLIGENCE - Conscience Générative. https://www.facebook.com/photo/?fbid=146495144502602&set=gm.944375709552926

    Voilà, la balle est dans votre camp, avec le retour du printemps une bonne immersion dans la nature et des échanges équitables ça vaut tout l'or du monde!

  • #29

    Coralie (mardi, 08 mars 2022 11:42)

    Merci beaucoup. Difficile de refuser une offre pareille qui, en fin de compte, est un retour à une certaine forme d'homéostasie, d'équilibre, d'harmonie en soi et avec l'extérieur aussi. D'ailleurs, ce n'est qu'un jeu d'équilibre extérieur/intérieur, moi et non-moi, individualité/universalité sans se faire englober, absorber, assimiler, aspirer mais plutôt comme une sorte d'alchimisation du reflet extérieur pour en faire une réalité intérieure. Voilà ce qui me vient sans penser. Je ne sais pas si ça fait sens mais tant pis, je me lance! Oui, c'est une belle énergie que le Printemps, temps de renaissance, idéal pour se reconstruire sur un mode plus "sain". Merci à vous d'avoir pris ce temps d'échanger avec moi.